Aller au contenu principal

La Compagnie Méridionale de Navigation, actuelle titulaire avec la SNCM de la délégation de service public (DSP) pour la desserte des ports corses depuis Marseille, a bien en projet de remplacer le Kalliste. C’est ce qu’ont indiqué vendredi les syndicats, qui ont obtenu cet engagement dans le cadre des assurances demandées à l’Etat et aux actionnaires pour la pérennité des deux compagnies et leur maintien sur la DSP (dont le nouveau contrat est en cours de négociation). Dans un communiqué, la CGT, FO, la CFDT et la CFTC précisent, concernant La Méridionale, que son actionnaire (le groupe STEF) et la direction de la compagnie se sont engagés à « la mise en œuvre du renouvellement du Kalliste de façon à réduire les coûts d’exploitation dans la réponse à la  délégation de service public 2014 – 2023 ». L’acquisition d’un nouveau navire, économiquement plus efficient, est donc présentée comme l’une des solutions retenues pour diminuer le coût de l’offre faite par le tandem SNCM/CMN à la Collectivité Territoriale de Corse. Une offre rejetée début juin car dépassant le plafond de subventions fixé par l’Office des Transports Corses (OTC), soit 107 millions d’euros par an, au lieu de 104.

 

 

65660 toulon kalliste meridionale
© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE

Le Kalliste  (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

A priori pas de construction neuve

 

 

Alors que la SNCM doit commander prochainement deux nouveaux navires, avec une option pour deux supplémentaires, on aurait pu imaginer que l’unité remplaçant le Kalliste soit incluse dans une commande globale afin de réduire les coûts. Tel ne sera pas le cas puisqu’en réalité, le Kalliste, qui devait initialement sortir de flotte en 2020, ne sera remplacé qu’en 2023 selon les projets de La Méridionale. Le navire va pouvoir jouer les prolongations puisque la limite d’âge imposée auparavant aux bateaux exploités sur la DSP a été reculée dans le nouvel appel d’offres. Elle a été portée à 30 ans (au lieu de 25) et permet donc au Kalliste, mis en service en 1993, de naviguer entre Marseille et la Corse jusqu’en 2023. Quant à savoir quelle option sera retenue pour son remplacement, il semble pour l’heure que la direction penche en faveur de l’acquisition d’un navire sur le marché de l’occasion, plutôt qu’une construction neuve. Un bateau probablement destiné au service entre Marseille et les ports départementaux de l’île, comme Propriano. Toujours est-il que la future unité ne devrait donc être déployée entre le continent et la Corse qu’au cours de la dernière année de DSP, une période très limitée mais qui, si le navire présente une efficience énergétique supérieure par rapport à son aîné, permettra de réaliser quelques économies.

 

 

Le Piana (© GILLES MARTIN-RAGET)

 

 

Trois navires armés par 320 marins français

 

 

Il n’est pas inutile de rappeler que la CMN et la SNCM ne sont liées que par des accords commerciaux et n’ont pas de relation capitalistique. La première est détenue par  Transdev (66%), l’Etat (25%) et les salariés (9%), alors que la seconde est une filiale du groupe de transport privé STEF. Employant 440 personnes, dont 320 marins, La Méridionale a transporté l’an dernier 273.000 passagers vers la Corse et la Sardaigne, ainsi que 821.000 mètres linéaires de fret. Sa flotte compte trois navires armés sous pavillon français, dont le nouveau Piana, qui a remplacé l’an dernier le Scandola. Financé par STEF et sa filiale pour un coût d’environ 150 millions d’euros, le Piana a été construit par le chantier croate Brodosplit. Long de 180 mètres pour une largeur de 30.5 mètres, ce navire, armé par 45 personnes, compte 200 cabines et peut transporter 750 passagers ainsi que 200 voitures. Il dispose de 2500 mètres linéaires pour le fret.

 

 

70586 meridionale girolata
© MICHEL FLOCH

Le Girolata (© MICHEL FLOCH)

 

 

Le second navire de la compagnie est le Girolata. Construit en 1995 et exploité depuis 2002 par La Méridionale, ce bateau de 177 mètres de long et 27 mètres de large, qui compte 45 membres d’équipage, dispose de 196 cabines et peut accueillir 650 passagers et 160 voitures. Ses capacités pour le fret sont de 1927 mètres linéaires.

Enfin, le Kalliste est, depuis le retrait du Scandola (1992), le « vétéran » de la flotte puisqu’il est sorti des chantiers finlandais de Rauma en 1993. Long de 165 mètres pour une largeur de 29 mètres, ce navire, armé par 44 marins, est doté de 160 cabines et peut embarquer 500 passagers et 160 voitures, avec 2340 mètres linéaires pour le fret. 

 

 

Le Kalliste lors de sa livraison par les chantiers de Rauma en 1993 (© STX FINLAND)

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande