Aller au contenu principal

Il est arrivé en Guyane le 28 juin. Le satellite Aeolus, chargé à bord du roulier Ciudad de Cadiz mi-juin à Saint-Nazaire, a été débarqué dans le port de Degrad-des-Cannes. Il a ensuite été placé dans une salle blanche du Centre Spatial Guyanais et les vérifications menées sur place ont montré qu’il avait très bien supporté le voyage.

 

191902 aeolus
© Gilles Labruyère

Chargement à Montoir (© Gilles Labruyère/ www.aeolusweb.wordpress.com)

191909 aeolus
© Gilles Labruyère

Au fond du pont garage, la remorque d'Aeolus et ses six conteneurs de matériel technique  (© Gilles Labruyère/ www.aeolusweb.wordpress.com)

191911 aeolus
© Gilles Labruyère

(© Gilles Labruyère/ www.aeolusweb.wordpress.com)

191905 aeolus
© Gilles Labruyère

Le conteneur d'Aeolus (© Gilles Labruyère/ www.aeolusweb.wordpress.com)

191906 aeolus
© Gilles Labruyère

Le commandant Gaël Conan accompagné des représentants d'Airbus et de l'ESA à l'arrivée en Guyane(© Denny Wernham/ ESA)

191908 aeolus
© Gilles Labruyère

Le satellite dans la salle blanche du Centre Spatial Guyanais ( (© Gilles Labruyère/ www.aeolusweb.wordpress.com)

 

Pour mémoire, il s’agit de la première fois qu’un des rouliers d’Airbus, armés par Louis Dreyfus Armateurs, transporte un satellite. Ce dernier, construit par Airbus Space & Defence Agency pour l’Agence Spatiale Européenne, ne pouvait, en effet, être convoyé par avion cargo. La repressurisation qu’il pouvait subir aurait en effet pu gravement l’endommager.

Aeolus est le premier satellite à être équipé du système ALADIN (Atmospheric Laser Doppler Instrument), un Lidar qui va pouvoir effectuer des mesures de vent toutes les 0.01 seconde. Moyennées toutes les 7 secondes, ces relevés atmosphériques vont permettre de créer des profils de vents qui donneront, de manière très précise, la force relative et la direction des vents à différentes altitudes. Ce nouveau type de données devrait permettre de franchir une étape qualitative importante en matière de prévisions météorologiques.

Pendant toute la traversée, les efforts appliqués au satellite de 1.3 tonne ont été surveillés grâce aux accéléromètres trois axes, que le bateau utilise également pour les pièces d’avions qu’il transporte habituellement. Toutes les quatre heures, il était également inspecté de près par le spécialiste d’Airbus qui l’accompagnait.

 

191904 aeolus
© Gilles Labruyère

Un des accéléromètres placés sur le conteneur renfermant Aeolus (© Gilles Labruyère/ www.aeolusweb.wordpress.com)

191903 aeolus
© Gilles Labruyère

Relevés des efforts (© Gilles Labruyère/ www.aeolusweb.wordpress.com)

L’Aeolus devrait  être mis en orbite par la fusée Véga le 21 août.

Voir le passionnant blog de Gilles Labruyère, ingénieur de l'Agence Spatiale Européenne qui retrace la traversée et la construction du satellite

 

190628 satellite aeolus
© AIRBUS

(© AIRBUS)

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Louis Dreyfus Armateurs