Aller au contenu principal

Une cargaison fragile et inédite pour le roulier Ciudad de Cadiz. En lieu et place des pièces d’avions Airbus, le navire armé par Louis Dreyfus Armateurs a chargé, en fin de semaine dernière, le satellite Aeolus de l’Agence Spatiale Européenne. L’opération s’est déroulée à Montoir-de-Bretagne où le satellite de 1.3 tonne a été embarqué sur une remorque, accompagnée de six conteneurs transportant son matériel annexe.

 

190626 satellite aeolus
© AIRBUS

(© AIRBUS)

 

Le satellite, conçu par Airbus Space & Defence Agency, est le premier à être équipé du système ALADIN (Atmospheric Laser Doppler Instrument), un Lidar qui va pouvoir effectuer des mesures de vent toutes les 0.01 seconde. Moyennées toutes les 7 secondes, ces relevés atmosphériques vont permettre de créer des profils de vents qui donneront, de manière très précise, la force relative et la direction des vents à différentes altitudes. Ce nouveau type de données devrait permettre de franchir une étape qualitative importante en matière de prévisions météorologiques.

 

190630 satellite aeolus
© AIRBUS

(© AIRBUS)

190631 satellite aeolus
© AIRBUS

(© AIRBUS)

190627 satellite aeolus
© AIRBUS

(© AIRBUS)

 

La sensibilité du Lidar interdisait un transport par avion, en raison des risques liés à une éventuelle perte de pression. C’est la raison pour laquelle le groupe aéronautique a choisi, pour la première fois, d’utiliser un de ses propres navires pour le transport. Le Ciudad de Cadiz fait actuellement route vers Kourou où il arrivera le 28 juin. L’Aeolus devrait, quant à lui, être mis en orbite par la fusée Véga le 21 août.

 

190628 satellite aeolus
© AIRBUS

(© ​​​​​​​AIRBUS)

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande