Aller au contenu principal

Le 7 janvier dernier, une section de câble sous-marin au large de l’archipel norvégien du Svalbard a été endommagée. Ce câble de télécommunication est la propriété de Space Norway, la branche opérationnelle de l’agence spatiale norvégienne. Il permet notamment d’acheminer les données de Svalsat (co-opéré par Space Norway et Kongsberg), la plus grande station de réception satellitaire au monde, notamment stratégique pour les satellites en orbite polaire. L’incident n’a eu qu’un effet mineur puisqu’il a simplement temporairement privé de redondance la station satellitaire arctique.

Comme souvent dans cette région, les rumeurs s’affolent vite autour des possibilités d’intervention du grand voisin russe. La police norvégienne a diligenté une enquête sur cette coupure, qui serait située « quelque part entre entre 130 et 230 km » de Longyearbyen dans des fonds de 2700 mètres. Ses premières conclusions, suite à l’examen de la zone par un robot sous-marin, seraient que l’incident aurait une origine exogène et humaine. Ce qui signifie que le câble ne se serait pas rompu en raison d’une usure naturelle. Mais qu’il aurait été potentiellement chaluté. Aucun autre détail n’a été donné pour le moment.

L’incident fait écho à un autre incident qui a eu lieu en novembre dans l’archipel norvégien des Lofoten. Une partie du câble reliant l’observatoire scientifique de Lofoten–Vesterålen a été endommagé, sans doute également suite à un chalutage. Si l’usage principal de ce câble est scientifique, il sert également à l’armée norvégienne.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Câbles sous-marins Arctique et Antarctique