Aller au contenu principal

Ils ont réussi. « L’opération de la dernière chance », comme l’a baptisée la préfecture maritime de l’Atlantique, a fonctionné hier. Le Modern Express, à la dérive depuis presque une semaine, a pu être pris en remorque alors qu’il se trouvait à une quarantaine de milles des plages landaises de Mimizan. Le vent et la houle ,qui se sont apaisées dans la nuit de dimanche à lundi, ont fini par autoriser l’opération. Celle-ci s’est quand même déroulée avec des hauteurs de vagues de près de trois mètres.

 

139817 remorquage modern express
© MARINE NATIONALE

(© MARINE NATIONALE)

139818 remorquage modern express
© MARINE NATIONALE

(© MARINE NATIONALE)

 

A la manœuvre ces derniers jours, il y a d’abord les quatre marins de l’équipe de sauvetage de Smit qui ont réussi à monter à bord malgré les 50 degrés de gîte transformant les déplacements sur le roulier en ascension de sommets glissants et secoués. Il y a aussi les hommes de la frégate Primauguet qui héberge l’équipe de sauvetage depuis le début de l’opération, et notamment ceux de son hélicoptère Lynx, qui ont réussi à hélitreuiller, à trois reprises, les sauveteurs dans des conditions difficiles, voire dantesques lors des premières tentatives. Il y a aussi l’Abeille Bourbon et l’Argonaute, déployés sur place par le préfet maritime, comme vigies avancées de la protection du littoral. Et, bien sûr, les deux remorqueurs espagnols affrétés par Smit, le Ria de Vigo et le Centaurus, ce dernier ayant, donc, fini par réussir à crocher le Modern Express.

 

139821 remorquage modern express
© MARINE NATIONALE

(© MARINE NATIONALE)

139819 remorquage modern express
© MARINE NATIONALE

(© MARINE NATIONALE)

 

La remorque a été passée en tout début d’après-midi hier. Une fois le va-et-vient établi entre le roulier et le Centaurus puis les sauveteurs évacués, le câble de remorquage a été mis en tension. Le remorqueur a alors doucement amené le Modern Express bout au vent, puisque le roulier, comme tout navire en avarie, dérivait travers au vent. Une fois son colis amené face au vent qui souffle actuellement au sud-ouest, le remorqueur a fait route. Ce qui s’est mécaniquement traduit par un éloignement du convoi de la côte française.

 

139822 remorquage modern express
© MARINE NATIONALE

(© MARINE NATIONALE)

 

Il devrait arriver dans les jours à venir dans le port de Bilbao, qui a été choisi par les autorités espagnoles pour accueillir le navire. Les inspections pourront alors permettre de déterminer les causes de cette gîte, qui pourrait avoir plusieurs facteurs comme un désaisissage de la cargaison ou encore des problèmes liés aux ballasts.

 

139825 remorquage modern express
© MARINE NATIONALE

(© MARINE NATIONALE)

139824 remorquage modern express
© MARINE NATIONALE

(© MARINE NATIONALE)

139828 remorquage modern express
© MARINE NATIONALE

(© MARINE NATIONALE)

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Pollution en mer et accidents