Aller au contenu principal
Une intervention plutôt inhabituelle pour la frégate de surveillance Nivôse, basée à La Réunion. Le bâtiment de la Marine nationale a surpris, lors d’une patrouille dans la zone économique exclusive de l’île d’Europa, un navire sismique, le Pacific Falcon, de l’armement singapourien Swire Pacific Offshore. Il était accompagné de son « chien de garde », le Storm West, en charge de la sécurité du plan d’eau. Europa est l'une des îles Eparses, gérées par l’administration des Terres Australes et Antarctiques Françaises. Elle se trouve dans le canal de Mozambique.
 
Le commandant du Pacific Falcon n’a été en mesure de produire, au cours du contrôle, que des titres mozambicains l’autorisant à effectuer des travaux de recherche par réflexion sismique au large des côtes du Mozambique, où de très importantes réserves de gaz naturel ont été découvertes l'an dernier. Ordre lui a donc été donné de relever ses apparaux et de quitter les eaux françaises. « Les suites données à cette incursion dans les espaces maritimes français sont désormais entre les mains de la justice pour ce qui est des poursuites judiciaires et du ministère des Affaires étrangères en ce qui concerne le rappel aux États concernés par cette affaire, des dispositions internationales et nationales dans ces domaines », précise la préfecture de la Réunion. Le quai d'Orsay pourrait formuler des plaintes officielles.
 
Cette affaire illustre en tous cas la nécessité de disposer de moyens navals et aériens à même d'assurer la surveillance et le contrôle des espaces maritimes, notamment ceux situés loin de la métropole.  Une question de souveraineté cruciale, à l'heure où les ressources naturelles terrestres s'amenuisent et que celles situées en mer suscitent de plus en plus de convoitises.
 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Marine nationale Terres australes et antarctiques françaises (TAAF)