Aller au contenu principal

L’Organisation maritime internationale (OMI) a franchi la première étape pour la mise en place d’une législation contraignante en matière de pesée des conteneurs. La semaine dernière, un accord a été trouvé pour modifier la convention SOLAS et y introduire un amendement prévoyant un système de vérification obligatoire des conteneurs avant leur embarquement à bord des navires.

 

Cette nouvelle législation a fait l’objet de plusieurs années de débats, régulièrement ravivés par de spectaculaires accidents, comme celui du MOL Comfort au printemps 2013. Jusqu’à présent, la seule donnée concernant le poids du conteneur est celle inscrite par le chargeur sur le manifeste (le document de voyage de la marchandise). C’est sur cette base qu’est calculée la répartition des efforts sur la structure du navire. Avec, parfois, comme cela a été constaté récemment, un delta important de poids, qui a pu mener à des chavirages de navire, des chutes de boîtes à la mer ou encore de grue dans les ports.

 

D’où l’insistante demande des armateurs et manutentionnaires, d’avoir une législation contraignante sur une pesée systématique des conteneurs avant leur embarquement. Le tout sous la responsabilité formelle des chargeurs, propriétaires de la marchandise.

Ces derniers se sont émus d’un projet qui leur imputait l’entière responsabilité de cette nouvelle contrainte. D’abord, parce qu’ils estiment que la pesée n’est pas l’unique solution à la question de la sécurité des transports, (voir le point de vue des chargeurs) et ensuite parce que cette pesée à quai ne pourra être réalisée, faute d’infrastructures, dans l’ensemble des ports du monde.

 

 

Un compromis entre chargeurs et armateurs

 

 

Une solution de compromis, saluée à la fois par les armateurs et les chargeurs, a cependant pu être trouvée à l’OMI. Le nouvel amendement prévoit deux possibilités alternatives : soit la pesée du conteneur, soit une vérification opérée par les chargeurs à qui l’armateur devra fournir la tare du conteneur, le poids des palettes et le matériel de saisissage, de manière à obtenir un calcul juste du poids de la marchandise.

Le projet d’amendement ne précise pas encore les solutions pratiques  (matériel de pesée) et logistiques  (transmission des documents entre chargeurs et armateurs) de cette nouvelle réglementation.

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Divers marine marchande