Aller au contenu principal

Le X-Press Pearl, porte-conteneurs de 2700 EVP et 186 mètres de long ravagé par les flammes au large du Sri Lanka, se serait vu refuser de décharger des conteneurs qui fuyaient dans deux ports, en Inde et au Qatar, selon Splash247. Le président exécutif de X-Press Feeders, compagnie opérant le navire qui transportait 1486 conteneurs, dans lesquels se trouvaient notamment 25 tonnes d’acide nitrique, a affirmé au site Internet qu’une fuite avait été détectée en mer d’Oman, à des milliers de kilomètres du Sri Lanka. Le capitaine a alors contacté le port d’Hazira (Inde) et Hamad (Qatar), pour demander le déchargement de conteneurs d’où fuyait de l’acide en raison d’un mauvais emballage. Mais les demandes ont été rejetées et le navire a continué son chemin, selon ce récit.

Le feu a pris à bord du X-Press Pearl le 20 mai alors qu’il se trouvait au mouillage, à environ 9 milles du port de Colombo, en attente d’accoster. L'incendie aurait éclaté en raison d’une réaction chimique. Apparemment maîtrisé dans un premier temps, il a repris, et une explosion est survenue le 25, obligeant à évacuer le navire pris dans d’épaisses fumées noires. Vingt-cinq membres d’équipage et une équipe de 12 pompiers de Smit salvage se trouvaient alors à bord. Jeudi, des images montrent le navire très endommagé, avec des conteneurs tombant à l’eau, tandis que le feu continue à bord alors que souffle un vent fort. Certains débris sont d’ailleurs arrivés à la côte.

Des moyens ont été déployés par le Sri Lanka, appuyés par des navires des garde-côtes indiens ou encore un remorqueur de Smit salvage. Aspergé par une grande quantité d’eau, le X-Press Pearl semble bas sur l’eau. Les autorités sri-lankaises cherchent maintenant à prévenir une pollution. Le navire contiendrait encore au moins 100 tonnes de carburant. Des équipes se tiennent prêtes à intervenir avec des barrages. Ce porte-conteneurs battant pavillon de Singapour avait été livré en février 2021.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande