Aller au contenu principal

Fin novembre, le groupe CMA CGM a annoncé deux mesures phares destinées à défaire les nœuds logistiques de la conteneurisation. Il ajoute une capacité supplémentaire entre l’Asie et la France et offre une prime pour sortir les conteneurs du port de Los Angeles. Un article de la rédaction de Ports et Corridors

Alors que le marché de la conteneurisation semble voir ses hausses se tasser depuis le milieu du mois de novembre, la groupe CMA CGM a décidé de s’engager dans des mesures pour « défaire les nœuds logistiques ». Après avoir annoncé le gel des tarifs spot des conteneurs, soit environ 20% de son activité, jusqu’en février 2022, l’armement aligne 30 000 EVP de capacité entre l’Asie et la France.

Soutenir les entreprises françaises

Cette mesure est destinée à « soutenir l’activité des entreprises françaises », précise un texte du groupe de Marseille. Les 30 000 EVP sont répartis entre trois navires qui desserviront les ports de Marseille, Haropa et Dunkerque. Le premier navire, CMA CGM Titan, a réalisé une escale à Marseille avant de rejoindre Le Havre puis Dunkerque.

Trois navires pour 30 000 EVP

Ce premier navire n’est pas le traîneau du Père Noël mais a apporté en France « une majorité de meubles, produits électroménagers, articles de bricolage ou de décoration, jouets, vélos et scooters, pièces pour l’industrie automobile, etc », indique le groupe CMA CGM. Les deux autres navires concernés par le redéploiement des escales en France sont les APL Le Havre et APL Gwangyang.

Plusieurs mesures

Des mesures qui viennent compléter le chapelet d’autres actions prises par le groupe comme l’escale au Havre du FAL 1, l’intégration de navires de 23 000 EVP dans les liaisons avec les ports du Havre et de Dunkerque et le déploiement de navires de 15 000 EVP sur les relations avec Marseille. Au total, ce sont 900 EVP supplémentaires par semaine que l’armement alignera en sortie d’Asie.

Une campagne de marketing

Pour les opérateurs, ces mesures arrivent un peu tard. « Compte tenu du temps de transport de 20 jours environ entre la Chine et la France, ces nouvelles capacités ne permettront pas d’être approvisionné pour les fêtes de fin d’année. Or, les chargeurs attendaient des mesures d’urgence pour sauver leur saison. Elles interviennent trop tard », nous a indiqué un transitaire. Des analystes du secteur ont même qualifié ces mesures de « campagne de marketing ».

Désengorger le port de Los Angeles

Après avoir annoncé des mesures pour le marché français, CMA CGM souhaite participer aux actions menées par l’administration américaine de Joe Biden pour désengorger les ports du sud de la Californie. L’armement marseillais annonce une « solution inédite pour réduire la congestion portuaire de Los Angeles et Long Beach ».

Un programme d’incitation à la collecte des conteneurs

La participation à la décongestion portuaire de Los Angeles et Long Beach par le groupe CMA CGM se fera par un programme inédit d’incitation à la collecte des conteneurs. Ce programme est entré en vigueur le 1er décembre pour une durée de 90 jours. Il est proposé une incitation aux importateurs qui récupèrent directement leurs conteneurs en « merchant haulage » dans l’ensemble des terminaux des deux ports californiens au cours des huit jours qui suivent leur déchargement.

De 100$ à 200$

Cette incitation est de 100$ par conteneur récupéré de jour du lundi au vendredi et 200$ pour ceux qui récupèrent leurs conteneurs la nuit et le week-end. De plus, après le rachat du terminal Fenix Marine Services, CMA CGM a annoncé une ouverture 24h/24 et 7j/7 pour récupérer son conteneur.

Délocaliser le problème

Selon le groupe français, « le mouvement du fret a fortement ralenti pour l’ensemble des modes de transport, conduisant à une durée d’attente des conteneurs sur le terminal, exceptionnellement longue. » Or, les rapports en provenance des États-Unis font état d’une congestion portuaire en raison de l’impossibilité pour les opérateurs de trouver des moyens de transport terrestre routiers et ferroviaires. Cette prime est louable mais pourrait avoir comme effet de déplacer le problème. Les conteneurs risquent de se voir transférer dans des dépôts intérieurs pour libérer de l’espace dans les ports. Qu’adviendra-t-il quand ces dépôts seront pleins ? Il ne s’agira plus d’un problème pour les ports, les manutentionnaires et les armateurs, mais plutôt pour les opérateurs logistiques. Nous risquons de nous retrouver dans le même scénario que le pansement du capitaine Haddock dans la bande dessinée de Tintin.

© Un article de la rédaction de Ports et Corridors. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs. 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
CMA CGM