Aller au contenu principal

La compagnie danoise Maersk a annoncé mardi 12 octobre qu’elle avait suspendu cinq officiers en attendant les résultats d’une enquête menée par la compagnie après des accusations de viol d’une élève officier de l’US Merchant Marine Academy (USMMA, Académie de la marine marchande des Etats-Unis), de Kings Point (New York). Elle a écrit un post sur le site de l’ONG Maritime Legal Aid & Advocacy protégeant les droits des marins. L’auteure, anonyme, y explique qu’un second mécanicien ayant la soixantaine l’a violée sur un navire de la compagnie après une beuverie en 2019 en quittant un port du Moyen-Orient. Alors âgée de 19 ans, elle faisait son année de navigation obligatoire comme élève officier aux machines.

Elle a ajouté que son cas est loin d’être isolé, puisque parmi les 50 élèves féminines de sa promotion, au moins cinq autres ont été violées pendant cette année en mer. Elle a dit avoir recueilli de nombreux témoignages de cas d’agressions sexuelles et vouloir médiatiser son cas pour « attirer l’attention sur ce problème et montrer aux autres femmes qui ont vécu quelque chose comme moi qu’elles ne sont pas seules ».

Après ces déclarations, une enquête a été ouverte par le département américain des transports et l'administration maritime. Maersk a dit travailler étroitement avec les syndicats, l’USMMA et les autorités américaines et faire sa « priorité numéro 1 de découvrir ce qui s’est passé et de veiller à ce que de mesures plus larges soient prises ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande