Aller au contenu principal

Le pétrolier iranien Sanchi, victime le 6 janvier d'une dramatique collision avec un vraquier chinois, a finalement coulé après un incendie de plusieurs jours. Son équipage de 32 marins a péri dans l'accident. Poussé par des vents violents, le navire a dérivé vers la zone économique exclusive japonaise et a sombré à  300 kilomètres à l’ouest d’Amami Oshima, dans l’archipel des Ryukyu.

La pollution qui avait commencé peu de temps après l'accident s'est considérablement aggravée à la suite du naufrage du pétrolier qui, pour mémoire, transportait environ 136.000 tonnes de condensats, auxquels s'ajoutent les 1000 tonnes de fuel de propulsion, qui vont sans doute également s'échapper. Des nappes d'hydrocarbures en feu s'étendent sur une longueur de 20 kilomètres et constituent la plus grande pollution par condensats de l'histoire, laissant craindre un désastre écologique dans cette zone de la mer de Chine orientale. 

 

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Pollution en mer et accidents