Aller au contenu principal

L’ancien navire sismique norvégien Geo Barents affrété par Médecins Sans Frontières a annoncé lundi 23 août avoir obtenu l’autorisation de débarquer 322 personnes à Augusta (Syracuse), en Sicile. Ces migrants ont été secourus en Méditerranée lors de plusieurs opérations au large de la Libye. Pour la seule journée du 16 août, 189 personnes, puis 46 autres, se trouvant dans deux bateaux en bois avaient été recueillies. Le lendemain, deux autres opérations avaient permis de venir en aide à 63 autres migrants.

Juste avant l’été, saison durant laquelle les tentatives de traversées se multiplient à la faveur d’une météo plus clémente, le navire de 76 mètres de long est venu gonfler la flottille de navires humanitaires qui opèrent en Méditerranée. Comme les autres, il a rencontré des difficultés, se retrouvant bloqué pendant 24 jours en juillet par le biais d’une détention administrative après que 22 défaillances aient été relevées lors du contrôle de l’Etat du port. L’ONG y a vu « une pratique punitive ciblée ». Elle a ajouté : « Nous ne pensons pas que la détention de notre navire était systématiquement fondée sur les réglementations maritimes pertinentes. L'interprétation du droit maritime retenue par les autorités italiennes compromet les obligations de sauvetage en mer ».

De son côté, l’Ocean Viking, de l’association SOS Méditerranée, a pu accoster le 8 août à Pozzallo, en Sicile, où il a débarqué durant trois jours 549 personnes. Début juillet, il avait débarqué 572 personnes.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande