Aller au contenu principal

Médecins Sans Frontières retourne en mer pour le sauvetage des personnes en détresse en Méditerranée. L'ONG a annoncé l'affrètement du Geo Barents, ancien navire sismique norvégien, qui fût intégré à l'ancienne flotte du groupe français CGG. Racheté par Uksnøy, il vient donc d'être affrété par MSF qu'il l'a fait modifier dans les chantiers Fiskerstrand en Norvège. Il va continuer à naviguer sous pavillon norvégien.

Le navire de 76 mètres de long, construit en 2007, a été équipé de plusieurs salles médicales, dont une salle d'examen pour les sages-femmes. Deux ponts ont été aménagés pour accueillir les rescapés, un pour les femmes et les enfants, l'autre pour les hommes. Deux canots rapides ont également été installés à bord. Le Geo Barents a quitté la Norvège pour la Méditerranée qu'il devrait rejoindre dans quelques jours. 

Pour MSF, il s'agit du premier affrétement en propre d'un navire de sauvetage. Auparavant, l'ONG plaçait ses équipes à bord de navires armés par d'autres, comme par exemple SOS Mediterranée. En tout, les équipes de MSF ont embarqué sur sept bateaux de sauvetage depuis 2015, date à laquelle l'organisation a commencé ses opérations en Méditerranée.

« Notre retour en mer est le résultat direct de l'imprudente politique européenne de non-assistance à des personnes en danger en mer, qui condamne à la mort ces personnes », dit Ellen van der Velden, responsable des opérations de recherche et sauvetage chez MSF. La situation en Méditerranée est actuellement toujours dramatique. Les navires de sauvetage jonglent entre les périodes de détention administratives et les quarantaines. Et pourtant les naufrages continuent et plusieurs centaines de personnes se sont noyées ces derniers jours. L'Union européenne n'a toujours pas trouvé de mécanisme d'accueil et de répartition des personnes sauvées en mer.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande