Aller au contenu principal

Le robot Patania II est actuellement immobilisé par 4500 mètres de fond dans la zone Clarion-Clipperton entre Hawaï et le Mexique. Cet engin avait réalisé son premier prélèvement de nodules polymétalliques, contenant du cobalt, du manganèse et du nickel, le 20 avril dernier. Il appartient à Global Sea Mineral Resources, une filiale du groupe belge DEME. Il semblerait que l'avarie d'une pompe servant à la remontée du robot soit à l'origine de cet incident. Ce robot a été créé spécialement pour cette mission et est capable de prélever des tubes de roches contenant ces minéraux précieux, notamment nécessaires à la fabrication des téléphones portables. Le groupe DEME a déjà investi plus de 100 millions d'euros pour développer cette activité. Cette mission est la première sur le terrain, la recherche se déroulant jusqu'ici en laboratoire et sur des modules de simulation. DEME espère pouvoir développer un nouveau robot en 2024 et démarrer une activité commerciale en 2028, après avis environnementaux favorables.

Cette mission est avant tout exploratoire et comprend également un volet scientifique avec l'embarquement d'équipes de 29 institutions scientifiques européennes, dont l'Ifremer, dans le cadre du programme Miningimpact. L'activité minière en haute mer pose en effet de nombreuses questions environnementales et rencontre une vive opposition de plusieurs grandes ONG, dont notamment Greenpeace qui a envoyé un navire surveiller les prélèvements effectués par cette mission de GSMR.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande