Aller au contenu principal

Trois navires ont été abordés et victimes de vols à main armée dans la partie est du détroit de Singapour entre le 8 et le 11 avril, rapporte l’organisation asiatique de lutte contre la piraterie ReCAAP ISC qui a émis une alerte. Tous ces incidents se sont produits à proximité de Tanjung Pergam, au nord de l’île de Pulau Bintan (Indonésie).

Le 8 avril, au milieu de la nuit, le vraquier Trina Oldendorff faisait route à moins de 7 milles de la côte quand quatre hommes armés de couteaux ont été trouvés dans la salle des machines. Ils se sont battus avec un membre d’équipage qui a été frappé à la tête alors qu’il appelait à l’aide. Les voleurs se sont alors enfuis sans que rien ne soit dérobé. Quelques heures plus tard, c’est un chimiquier, le Harrisburg, qui faisant route dans les parages a été abordé par deux hommes. L’alarme a été déclenchée et rien n’a été volé. Les assaillant, encore une fois, semblent être parvenu à s’échapper. Le 11 avril, toujours en pleine nuit, un autre vraquier, le Pantazis L, naviguait à 7.6 milles de Tanjung Pergam quand quatre personnes non autorisées ont été trouvées dans les machines. L’alarme a été déclenchée et les intrus se sont échappés. Le capitaine a rapporté que des pièces de rechange avaient disparu.

ReCAAP ISC se dit inquiet de la fréquence des incidents de ce type dans le détroit. Depuis le début de l’année, 10 évènements se sont produits, dont neuf dans la partie orientale du dispositif de séparation du trafic. En 2020, 34 incidents avaient été relevés dans cette zone. En février, cinq personnes ont été arrêtées dans le détroit par la marine indonésienne, mais les incursions à bord de navires n’ont pas cessé pour autant.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Piraterie et brigandage maritime