Aller au contenu principal

Pour répondre au concurrent DFDS qui mettra en service le Côte d’Opale sur le Détroit, DP World vient de passer commande de deux jumbo-ferries pour sa branche P&O Ferries auprès du chantier chinois Guangzhou Shipyard International, appartenant au groupe CSSC. 

Conçus par le bureau d'architecture danois OSK-ShipTech, ces navires de 230 mètres seront les plus grands construits jusqu'ici pour la ligne Calais-Douvres. Représentant un investissement de 260 millions d'euros, ils seront livrés d'ici 2023, le contrat comprenant une option pour deux unités supplémentaires livrables d'ici 2024. 

Après avoir mesuré le pour et le contre avec les Spirit of France et Spirit of Britain, ses ferries les plus récents affectés à cette ligne, l’armement a choisi l’option de navires de type amphidrome à "double tête" avec deux timoneries, une à chaque extrémité. Le commandant et les officiers se déplaceront simplement à l’autre bout du navire pour prendre les commandes à partir de la seconde passerelle pour la traversée retour. Cela permettra selon la compagnie d'économiser sept minutes sur chacune des traversées aller et retour ainsi qu’une tonne de carburant, soit un sixième du volume utilisé sur l'ensemble du trajet de 21 milles. Les navires seront dotés d’une propulsion diesel-électrique alimentant quatre propulseurs azimutaux, ce qui réduira énormément les manœuvres portuaires. L’objectif est de diminuer la consommation de carburant de 40% grâce à un système de récupération de la chaleur des moteurs mais aussi avec un parc de batteries pouvant se recharger dans les deux ports pendant les escales.

Leur capacité sera équivalente à celle des « Spirit » (pourtant moins longs de 17 mètres), à savoir 2800 mètres linéaires sur les deux ponts principaux et 200 voitures sur le pont supérieur. Côté passagers, ils pourront en embarquer 1500 sur les ponts 8 et 9 qui leur offriront une vue panoramique sur la mer à travers de grandes baies vitrées. Ils pourront également bénéficier de 1550 m2 d’espaces extérieurs, lesquels font défaut sur les navires actuels. Nul doute qu’ils seront destinés à remplacer notamment les Pride of Canterbury (1991), Pride of Kent (1992) et Pride of Burgundy (1993).  

Un article de Marc Ottini

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
P&O Ferries