Aller au contenu principal

La ministre israélienne de l’Environnement, Gila Gamliel, a rapporté que l’agence de renseignement privée Black Cube avait identifié le propriétaire du navire incriminé pour la grave pollution qui a touché les côtes de cette partie de la Méditerranée orientale. Il s’agirait d’Emerald LTD, appartenant elle-même à Oryx Shipping, compagnie basée au Pirée, en Grèce, in fine liée à une famille syrienne, les Mallah, de Tartous.

Selon une enquête du Lloyds List, Frontline, un shipmanager indien s’occupe de la flotte de pétroliers et cargos. Le navire serait assuré par The Islamic P&I Club, à Dubaï. Toujours selon le Lloyds List, cet assureur est connu pour n’assurer que des navires iraniens qui peinent à trouver une couverture ailleurs.

La ministre de l’Environnement avait accusé l’Iran d’être derrière la pollution qui a touché les côtes. Un acte présenté comme délibéré et dénoncé comme un « attentat environnemental ». Gila Gamliel a expliqué qu’Israël avait pu identifier, après deux semaines d’enquête, le « bateau criminel » à l’origine de la pollution. Cet Aframax battant pavillon Panama a d'abord été présenté comme un bateau « appartenant à une société libyenne », puis peut être des Iles Marshall. Selon son ministère, il transportait « illégalement », 112.000 tonnes de brut depuis l'Iran vers la Syrie.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande