Aller au contenu principal

La pollution en Méditerranée n’a pas touché les côtes corses. Selon la préfecture maritime de la Méditerranée, les nappes d’hydrocarbures se fragmentent dérivent vers le Sud en longeant la côte, à une distance de 5 à 15 km, en fonction des conditions météo. Une dizaine de zones ont été repérées au nord du golfe de Porto-Vecchio par des moyens aériens (Falcon 50 de la Marine nationale et hélicoptères Dragon 2A, de la sécurité civile, ainsi que Panther, de la Marine nationale).

 

254243 pollution corse
© CLS

(© CLS)

254244 pollution corse
© CLS

(© CLS)

 

D’après CLS (Collecte Localisation Scientifique), filiale du CNES, de l’Ifremer et d’Ardian, spécialisée dans l’imagerie satellitaire, samedi, la pollution se répartissait en trois nappes sur 66 km. Ses analystes utilisaient leurs outils pour tenter d’identifier le pollueur.

 

Diaporama orphelin : container

 

254239 pollution corse
© MARINE NATIONALE

(© MARINE NATIONALE)

 

Pas moins de six navires sont déployés pour encercler la zone polluée : le BSAA Jason (affrété Marine nationale) et la vedette Mimosa (Affaires maritimes), au nord ;  la vendette Libecciu (Douanes), au centre ; le BSAA Pionnier (affrété Marine nationale) et le remorqueur Altagna (société Erasme). Ils tirent des chaluts flottants antipollution Thomsea qui récupèrent dans une poche les hydrocarbures filtrés de l’eau de mer. Selon la société vendéenne, près de 4 tonnes de fioul ont été collectées, soit « 40 tonnes de déchets mazoutés qu’il aurait fallu collecter à la main sur les plages ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande