Aller au contenu principal

C’était une première au Togo, petit pays du golfe de Guinée. Sept Nigérians, deux Togolais étaient jugés pour des faits de piraterie commis en 2019, ainsi qu’un Ghanéen, en fuite, jugé par contumace.  Selon RFI, ils étaient accusés de « piraterie maritime, violence volontaire, tentative de vol et groupement de malfaiteurs ». Le Ghanéen en fuite a été condamné à 20 ans de réclusion, un autre à 15 ans de prison et sept autres à 12 ans. Ils ont aussi été condamnés à des amendes de 25 à 50 millions de FCFA (38.000 à 76.000 euros). Un Togolais, qui avait loué sa pirogue, a lui été acquitté.

L’affaire remonte à mai 2019 quand le chimiquier G-Dona I avait été abordé, dans la nuit du 11 au 12, par plusieurs hommes dans les eaux togolaises venus à bord d’une pirogue louée au port de pêche de Lomé. L’équipage de sept marins (un Béninois, un Nigérian, et cinq Ghanéens) avait été pris en otage et les pirates ont tenté de détourner le navire de 69 mètres de long pour 1433 tpl construit en 1987, appartenant à un armateur béninois et battant pavillon togolais.

Selon le récit du procès fait par Jeune Afrique, le Centre des opérations de la Marine nationale togolaise avait été alerté par des mouvements inhabituels et avait tenté d’entrer en contact avec le G-Dona 1. Il n’avait pas été été convaincu par les explications fournies sous la contrainte par l’équipage. Une vedette rapide et deux patrouilleurs avec des commandos de marine étaient alors intervenus mettant un terme à la prise d’otages. Les pirates avaient tenté de se cacher à bord, avant de se rendre.

A l’image d’autres pays du golfe de Guinée, le Togo a renforcé en 2015 son arsenal juridique pour juger les affaires de piraterie ou brigandage maritime.  « Si dans un passé récent l’arsenal juridique du Togo ne permettait pas d’incriminer les pirates, aujourd’hui, avec le nouveau code pénal, le Togo est en mesure d’interpeler, de juger et de condamner toute personne qui porterait atteinte aux navires, aux installations ou à l’environnement maritime togolais », indique l'Organisme national chargé de l'action de l'Etat en mer du Togo. Depuis quelques années, la piraterie a pris de l’ampleur dans la sous-région, s’étendant du delta du Niger, au Nigeria, vers les pays voisins dans des proportions inquiétantes.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande