Aller au contenu principal

Ce mois-ci, l’Institut Supérieur d'Economie Maritime (ISEMAR) fait le point sur l’actualité et les avancées de la filière de la propulsion vélique, qui surfe actuellement sur la nécessité de décarboner le transport maritime. Une note rédigée par Lise Detrimont, déléguée générale de l’association Wind Ship et Camille Valero, chargée d’études à l’ISEMAR.

Le shipping est un secteur concentré qui présente un nombre restreint d'acteurs, dans une logique de libre marché à l'international, qui a pris son essor grâce au fioul lourd extrêmement peu cher, très polluant et libre de taxe. L'introduction de nouvelles exigences règlementaires par l'OMI oblige les armateurs à trouver de nouveaux carburants ou des modes de propulsion décarbonés. Or le manque de disponibilité et le prix (volatil) de ces nouveaux carburants sont des arguments pour vouloir s'en émanciper. Exploiter le vent pour propulser la flotte des navires marchands est une solution déjà disponible pour améliorer significativement l'empreinte écologique du secteur maritime. Une étude menée en 2016-17 pour le compte de la Commission européenne1 : estime que si les premières installations de propulsion par le vent ont lieu en 2020, il y aura 3 700 à 10 000 navires équipés d'ici 2030, permettant d'éviter l'émission de 3,5 à 7 Mt de CO2 et générant 15 à 18 000 emplois. Cette étude avait pris en compte seulement quatre technologies. Des travaux menés en 2019 estiment en complément que 40 à 45 % de la flotte mondiale pourraient être équipés en 2050. La France possède une richesse en matière de développements technologiques et un écosystème favorable qui pourraient se transformer rapidement en une filière industrielle grâce à un soutien public et privé approprié. La course pour décarboner l'économie étant engagée mondialement, de nombreux acteurs en Asie et en Europe du Nord se positionnent sur la propulsion des navires par le vent. L'offre française doit donc se démarquer pour être créatrice d'emplois et contribuer significativement à un transport maritime plus propre. Quelles ont été les avancées de cette filière depuis ces trois dernières années ?

- Lire la suite de cette note sur le site de l’ISEMAR

_______________________________________________

L'Institut Supérieur d'Economie Maritime a été créé en 1997. Pôle unique en France, l'ISEMAR est, à la fois, un centre de recherche, un outil de collecte et de diffusion de l'information, ainsi qu'une structure de conseil, à destination des collectivités locales et des acteurs privés du monde maritime et portuaire.

- Plus d'informations sur le site de l'ISEMAR

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande Construction navale
Dossiers
Propulsion - Motorisation de navires ISEMAR - Notes de synthèse et actualités