Aller au contenu principal

La situation du porte-conteneurs Ever Given, échoué depuis mercredi matin à l’entrée sud du canal de Suez, ne s’améliore pas. Une flottille de huit remorqueurs a tenté des manœuvres, infructueuses, dans les heures suivant l’accident. Ce sont les experts de Smit et de Nippon Salvage qui ont été nommés pour le sauvetage du navire de 400 mètres de long et d’une capacité de 20.000 EVP.

Il semblerait que le porte-conteneurs soit échoué sur une longueur de 15 mètres à son avant, sur la rive sablonneuse du canal de Suez. Compte-tenu de son poids, il est très délicat de tirer sur sa coque sans risquer d’en fragiliser sa structure. D’où la présence de très nombreux remorqueurs qui tentent de répartir l’effort de remorquage. Mais ce dernier ne suffira pas à lui seul. D’où l’arrivée sur zone de deux dragues qui, guidées par des plongeurs, vont sans doute devoir creuser une souille pour dégager l’avant du navire. Sur la rive, des pelleteuses essaient elles aussi de dégager le bulbe d’étrave.

 

Cinématique des tentatives de déséchouement 

 

Compte-tenu de ces circonstances, il semblerait qu’un allègement du navire soit quasi-inévitable. Un déballastage ou un allègement des capacités en combustibles sont envisageables mais délicats, là encore pour des questions de stabilité et de résistance de la structure de la coque. La solution pourrait donc passer par un enlèvement d’un certain nombre de boîtes en pontée. Ce qui compte-tenu la hauteur des baies de conteneurs va nécessiter une très grande grue, dont le nombre est relativement restreint. Les sauveteurs comptent également sur la marée dont les coefficients vont augmenter à partir de la semaine prochaine.

En attendant, des centaines de navires de tous types sont désormais en attente dans les deux sens (Europe-Asie et Asie-Europe). Les effets sur les cours des matières premières sont limités pour le moment, mais la question du passage par le cap de la Bonne-Espérance se posent désormais pour les armateurs. Un peu plus de 10% du commerce mondial passe par le canal de Suez.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Pollution en mer et accidents