Aller au contenu principal

La dernière phase de l’approfondissement du chenal de la Seine, commencé en 2012, vient de débuter avec le dragage de la portion entre Courval et Rouen. Les travaux sont réalisés par Deme et Van Oord, avec deux dragues aspiratrices, les Reynart et Volvox Olympia et une drague désagrégatrice, l’Amazone. Elles resteront sur zone jusqu’en novembre prochain.

 

186124 drague amazone
© FABIEN MONTREUIL

La drague Amazone (© FABIEN MONTREUIL)

186128 drague deme reynaert
© FABIEN MONTREUIL

La drague Reynaert ( © FABIEN MONTREUIL)

186130 drague volvox olympia
© FABIEN MONTREUIL

La drague Volvox Olympia (© FABIEN MONTREUIL)

 

Environ 800 000 m3 de sédiments de trois natures, éléments très fins, sables et graviers grossiers, seront extraits. Des opérations de refoulement sont prévues à Yville-sur-Seine pour le nouveau comblement d’une ballastière.

Ce marché, d’une valeur de 31 millions d’euros, fait partie d’un plan global de 140 millions d’euros dépensés en dragage, sur un total de 193 millions d’euros cofinancés par le Grand Port Maritime de Rouen, l’Etat et la Région, ainsi que la métropole de Rouen. Il comprend 20 millions d'euros de mesures environnementales avec notamment deux chantiers de restauration écologique lancés à Lillebonne et Sahurs (création de marais et zones humides avec reconnexions à la Seine pour des berges partiellement immergeables, paysages typiques de la vallée de Seine). Quatre autres projets suivront, à raison de deux par an. 

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Port de Rouen