Aller au contenu principal

Pour la première fois, l’Agence européenne pour l’environnement (EEA) et l’Agence européenne pour la sécurité maritime (EMSA) publient un « rapport environnemental sur le transport maritime européen ». Ce document, présenté comme « bilan de santé complet du secteur », livre une série de chiffres.

On y apprend qu’en 2018, le secteur du transport maritime et de la navigation fluviale a pesé 13.5% des émissions totales de gaz à effet de serre imputables au transport de l’Union européenne, dont plus d’un tiers pour les seuls porte-conteneurs. Le transport maritime se situe loin derrière le transport routier (71%) et talonne l’aviation civile (14.4%). Les navires escalant dans les ports de l’UE et de l’EEE ont généré 140 millions de tonnes d’émissions de CO2, soit 18% des émissions du transport maritime dans le monde. Les émissions ont été émises par des navires entre les ports européens ou à quai à hauteur de 40% et le reste lors de voyages au sein et hors de l’UE.

Avec environ 18.000 navires, les Etats membres de l’Union européenne représentaient, en 2019, environ un cinquième de la flotte mondiale en port en lourd, dont une large majorité de vraquiers, pétroliers et porte-conteneurs. Une flotte relativement moderne, puisque la moitié des navires ont moins de 15 ans. Le rapport note que les navires faisant escale dans l’UE ont réduit leur vitesse jusqu’à 20% par rapport à 2008, ce qui a aussi permis de réduire les émissions. Elles ont reculé de 26% dans l’UE depuis 1990.

Mais c’est loin d’être suffisant, alors que l’UE vise 55% de réduction des émissions de gaz à effet de serre nettes à l’échelle de l’Union d’ici 2030 (par rapport à 1990). « Le volume des transports pour toutes les catégories de navires devrait augmenter de 24 % d’ici 2050 et le commerce mondial devrait connaître une croissance de 9 % entre 2030 et 2050 », indiquent les deux agences. Elles ajoutent : « En outre, l’Organisation maritime internationale (OMI) a estimé que les émissions de gaz à effet de serre générées par le secteur maritime allaient augmenter d’environ 90 à 130 % d’ici 2050 par rapport aux émissions de 2008 en se fondant sur un ensemble de scénarios économiques et énergétiques à long terme plausibles ». Ainsi, la flotte européenne « fait face à une décennie cruciale au cours de laquelle elle doit opérer une transition vers un secteur de transport maritime plus durable sur le plan économique, social et environnemental ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande