Aller au contenu principal

Le Carthagena, pétrolier de la compagnie nationale libyenne GNMTC (General National Maritime Transport Company contrôlée par un des fils de Mouammar Khadafi), a été détourné par la rébellion et a accosté, dans la journée du 4 août, dans le port de Benghazi. Le navire, avec 73.000 tonnes d'hydrocarbures à son bord, a été abordé par des membres de l'opposition dans la nuit de 3 au 4 août, alors qu'il se trouvait devant Tripoli, en provenance de Malte. Un des officiers rebelles, s'exprimant sous couvert d'anonymat à l'AFP, a affirmé que l'opération avait été rendue possible grâce à l'aide de l'OTAN, actuellement engagée militairement contre les forces du colonel Khadafi dans le cadre d'un mandat de l'ONU. "Nous avons eu des informations sur ce bateau avec l'aide de l'OTAN. Nous l'avons rejoint puis arraisonné avec un autre navire, le Nour", a-t-il expliqué. "Nous n'avons pas eu à faire usage de la force, les menaces ont suffi". L'OTAN, qui effectue une surveillance du trafic commercial en provenance et à destination des ports libyens, afin de faire respecter un embargo sur les armes, a autorisé le passage du navire arraisonné. Le Carthagena est désormais accosté au terminal pétrolier de Benghazi, à quelques dizaines de mètres d'un autre tanker, le Anwar Afriqya, capturé en mer à la mi-mars par les rebelles avec 25.000 tonnes de carburant, alors qu'il faisait route depuis la Grèce vers Tripoli.

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande