Aller au contenu principal

L’armement danois Maersk Line vient de lancer l'un de ses porte-conteneurs en direction du passage du nord-est, via le détroit de Béring et l’Arctique russe, sur un trajet entre Vladivostok et Saint-Pétersbourg. Le navire choisi est le Venta Maersk, une toute nouvelle unité de 200 mètres de long pour 35 mètres de large. D’un port en lourd de 42.000 tonnes et d’une capacité de 3596 EVP (dont 600 prises reefer), ce bateau flambant neuf à étrave droite et coque renforcée a été spécialement conçu pour naviguer dans les zones polaires. Il bénéficie d'une classification Ice Class 1A et de systèmes taillés pour des opérations dans des environnements très froids (-25°C). Le Venta Maersk fait partie d’une nouvelle série de porte-conteneurs réalisés par les chantiers chinois Cosco de Zhoushan et qui sont destinés à assurer un service toute l’année et de manière autonome entre les Pays-Bas et la Russie, même lorsque la mer Baltique est encombrée par la glace en hiver. La première unité de cette classe, le Vistula Maersk, a effectué sa première rotation en avril dernier, la ligne North Europe Feeder Link 1 de l’armement danois permettant de connecter Rotterdam à Saint-Pétersbourg. Un second navire du même type, le Volga Maersk, a rapidement suivi son aîné, avant l’entrée en flotte de cinq autres sisterships, dont les Vayenga Maersk, Venta Maersk, Vuoksi Maersk et Vilnia Maersk.

 

194003 venta maersk
© MAERSK LINE

Le Venta Maersk en train d'embarquer sa cargaison (© MAERSK LINE)

 

Chargement de poisson et de produits électroniques

Arrivé en début de semaine dans le port de Vostochniy, près de Vladivostok, le Venta Maersk vient d'appareiller afin de rejoindre Saint-Pétersbourg, où il est attendu fin septembre. Il transporte notamment du poisson provenant de Russie et du matériel électronique sud-coréen. Le navire embarque également des systèmes scientifiques qui permettront de réaliser des mesures durant le voyage. « La route de transit spécifique à ce test sera conforme aux accords conclus avec les autorités russes après une évaluation minutieuse de l'état des glaces, et l’assistance de brise-glaces sera fournie si besoin. Le passage nous permettra d'étudier la faisabilité opérationnelle de l'expédition de conteneurs par la route maritime du nord et de recueillir des données. Actuellement, nous ne considérons pas la route maritime du Nord comme une alternative commerciale à notre réseau existant, défini par la demande de nos clients, les schémas commerciaux et les centres de populations », indique Maersk.

Pour l’heure, il s’agit donc uniquement d’un test, et non de l’ouverture d’une ligne régulière. Mais la compagnie danoise, comme d’autres armements, s’intéresse évidemment au potentiel des routes arctiques. Liée à la fonte des glaces, la possibilité de développer en été la navigation commerciale par le Grand Nord permettrait en effet de gagner un temps significatif par rapport aux routes maritimes traditionnelles, en particulier entre l’Asie et l’Europe. Mais elle nécessite des navires adaptés et demeure coûteuse du fait du recours à des brise-glaces. 

 

194002 venta maersk
© MAERSK LINE

(© MAERSK LINE)

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Maersk