Aller au contenu principal

Le nouveau navire de Louis Dreyfus Armateurs est actuellement en construction dans les chantiers turcs Cemre. Destiné au soutien éolien offshore pour le groupe danois Dong Energy Power, le bateau devrait entrer en flotte fin 2018. Destiné à travailler sur les champs Borkum Riffgrund 1&2 et Gode Wind 1&2 au nord de l’Allemagne, sa propulsion doit répondre à plusieurs critères environnementaux, notamment en matière d’émissions. Et c’est le motoriste allemand MAN qui vient de décrocher le contrat d’équipement de la propulsion de cette nouvelle unité.

 

161831 LDA dong sov eolien
© DROITS RESERVES

(DROITS RESERVES)

 

La propulsion principale diesel-électrique sera assurée par quatre groupes semi-rapides MAN 8L21/31, assemblés et testés dans les usines indiennes du motoriste. Ce dernier fournira également son système EPROX (Energy Saving Electric Propulsion System), qui va optimiser la charge des groupes et la distribution électrique de la propulsion. Le bateau va être équipé pour répondre aux normes Tier III de l’OMI et pourra recevoir le système de réduction catalytique sélective (SCR) pour être en conformité avec les futures normes d’émission d’oxydes d’azote (NOx), qui vont être introduites dans les futures zones spéciales (NECA) de mer Baltique et du Nord à partir de 2021.

Par ailleurs, le futur navire va être le premier à être équipé par la grue à compensation 3D Colibri, co-développée par Ulstein et TTS. Celle-ci aura une capacité de levage de trois tonnes, qui pourra être rétrofité pour être élevée à 10 tonnes.

 

168570 grue Colibri Ulstein TTS
© ULSTEIN

(ULSTEIN)

168569 grue Colibri Ulstein TTS
© ULSTEIN

(ULSTEIN)

Le futur navire, dessiné par le cabinet norvégien Salt Ship Design, va mesurer 83 mètres pour 19.4 mètres de large et un tirant d’eau de 7 mètres. Des dimensions hauturières adaptées aux champs allemands relativement éloignés de la côte, nécessitant à la fois une bonne tenue à la mer et une autonomie d’action importante. Le bateau, équipé d’un système DP2, pourra accueillir 90 personnes dont 60 techniciens de maintenance. Ils pourront accéder aux turbines par une passerelle à compensation de mouvements d’une portée d’environ 19 mètres. Une grue à compensation de mouvements (une tonne à 23 mètres) et une embarcation de servitude avec une capacité d’embarquement de 8 personnes et d’une tonne de fret compléteront les moyens de transfert.

Immatriculé au RIF, le navire sera armé par deux équipages de 20 à 25 navigants. 16 postes d’officiers français devraient être créés.

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Louis Dreyfus Armateurs