Aller au contenu principal

Après le blocage du canal de Suez, par le porte-conteneurs Ever Given, une extension du segment sud est à l’étude. C’est ce qu’a indiqué l’amiral Osama Rabie, président de l’Autorité du canal de Suez (SCA), à l’agence britannique Reuters, mardi 6 avril. « S’il y a une partie de 250 mètres qui doit être agrandie, peut-être que nous la ferons sur 400 mètres », a-t-il dit, tout en précisant que le canal continuerait d’accueillir des porte-conteneurs géants de la taille de l’Ever Given.

La SCA cherche aussi à se procurer des grues pour pouvoir potentiellement décharger une cargaison jusqu’à 52 mètres de haut, en cas d’urgence. Il pourrait aussi investir dans deux remorqueurs de 200 à 280 tonnes de bollard pull.

En 2015, après un an de travaux, un segment du canal a déjà été agrandi et modernisé pour permettre, notamment, une navigation croisée et non plus alternée sur cette partie. Des travaux qui ont coûté 7.3 milliards d’euros. Après le sauvetage du porte-conteneurs le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi avait promis des investissements en matériel pour éviter que ce type d’incident se reproduise, mais il avait rejeté l’idée d’agrandir la section sud. Il avait toutefois évoqué « d’autres projets pour relier la mer Rouge à la Méditerranée ».

Lors d’un incident rare, l’Ever Given, porte-conteneurs de 400 mètres, affrété par le groupe taiwanais Evergreen et armé par Bernard Schulte Management, s’est retrouvé échoué en travers du canal de Suez bloquant le trafic pendant six jours. Il a fallu l’intervention de dragues et pelleteuses qui ont dégagé 30.000 mètres cubes de sable pour creuser une souille autour de l'avant du navire, encastré dans la rive du canal. Ensuite, treize remorqueurs (onze portuaires et deux océaniques très puissants) se sont rassemblés autour du porte-conteneurs profitant d’une marée d'équinoxe pour soulager le navire et le remettre dans l’axe.

Une enquête a été ouverte par la SCA et le navire se trouve au lac Amer, à l'ancre. L'amiral Osama Rabie a déclaré qu’il serait libéré lorsque qu’un accord sur une compensation des pertes et pour le coût du sauvetage aura été trouvé. Les pertes pour la SCA sont évaluées à 15 millions de dollars par jour de revenus.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande