Aller au contenu principal

Dix-sept mois après le naufrage du vraquier Wakashio, le 25 juillet 2020, le capitaine et son second ont été condamnés à 20 mois de prison par un tribunal mauricien. Les deux hommes ont plaidé coupable et présenté des excuses.

Le capitaine indien, Sunil Kumar Nandeshwar, a notamment reconnu qu’il avait bu de l’alcool « avec modération » pour une fête d’anniversaire alors que le navire qui faisait route entre la Chine et le Brésil s’approchait de l’île. Il a expliqué qu’il voulait capter un signal téléphonique pour permettre aux membres d’équipage de contacter leurs familles. Ces derniers étant inquiets pendant la pandémie. Le capitaine avait aussi permis que l’officier de quart quitte la passerelle pour participer à la fête.

Avec son second, sri-lankais, qui aurait dû conduire la veille, ils ont été reconnus coupables, mardi 21 décembre, de « mise en danger de la sécurité de la navigation ». Après s’être échoué sur un récif de la pointe d’Esny, le navire de 225 mètres de long battant pavillon Panama, armé par la compagnie japonaise Nagashiki Shipping et affrété par un autre japonais, MOL (Mitsui O.S.K Lines), s’était brisé le 15 août, libérant plus de 1000 tonnes de carburant et provoquant la pire marée noire jamais connue par l’île.

Dans la foulée de leur condamnation, les deux hommes ont été autorisés à rentrer chez eux. Ils avaient déjà passé 16 mois en détention préventive à Port-Louis et ont été libérés pour bonne conduite. Le capitaine a regagné Bhopal, en Inde, tandis que son second a quitté Maurice pour le Sri Lanka.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande