Aller au contenu principal

Solar & Energy Boat Challenge Du jeudi 12 au samedi 14 juillet 2018

Les énergies propres : les propulsions du futur Monaco

Un mois avant le début du Solar & Energy Boat Challenge - le nouveau rendezvous des toutes dernières innovations en matière de yachting - Bertrand Piccard, parrain de cette cinquième édition, a fait escale à Monaco. A la tête du projet Solar Impulse, avion solaire avec lequel il a réalisé un tour du monde, l’aéronaute suisse a souhaité apporter son soutien aux participants de cet évènement dont l’objectif est de promouvoir et optimiser les systèmes de propulsion de demain.

Lancée en 2014 par le Yacht Club de Monaco, cette épreuve motonautique de bateaux solaires ne cesse de se développer, avec l’ouverture cette année à toutes les sources d’énergies propres. Pour cette cinquième édition, l’énergie solaire, qui permet aux bateaux d’atteindre plus de 20 nœuds de moyenne, brillera toujours à travers les traditionnelles épreuves motonautiques organisées pendant trois jours au cœur de la baie monégasque. Cette année, les courses d’endurance en flotte, le slalom chronométré ainsi que les duels seront parrainés par Bertrand Piccard. « Quand je vois ce qu’ils arrivent à faire avec des bateaux solaires ou à hydrogène, sur foils, qui déjaugent et qui font des courses pleines de suspense, et tout cela sans bruit et sans pollution… je me dis que c’est vraiment quelque chose à encourager. »

Soutenue par la Fondation Prince Albert II de Monaco, la Fondation Hydros et l’Union Internationale Motonautique (UIM), cette compétition unique au monde permet aux ingénieurs de demain de réinventer le nautisme afin de répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux auxquels nous sommes confrontés. « Cela s’inscrit dans une volonté d’engagement environnemental général mené ici en Principauté par notre Président S.A.S. le Prince Albert II. Si nous voulons positionner Monaco, comme Capitale du Yachting, nous nous devons d’être un acteur de ces avancées technologiques » a rappelé Bernard d’Alessandri, Secrétaire Général du Y.C.M.

La propulsion à l’honneur en 2018

Pour la première fois depuis la création de l’évènement, le Y.C.M. lance une épreuve inédite à travers la Monaco Energy Class. Les concurrents étudiants en école d'ingénieurs et industriels se verront remettre des coques de catamaran conçus spécialement pour la compétition. Le défi sera simple : construire le cockpit de leur unité afin de créer le système de propulsion le plus performant et endurant qui soit à partir d’une quantité d’énergie donnée. Bio Fuel, batterie, hydrogène, air comprimé, GNL…, chaque participant a la liberté de choisir son énergie, tant que la source est propre. « L’objectif de cette épreuve est d’apporter de nouvelles solutions et surtout de les comparer entre elles. Il faut savoir que le moteur à explosion a un rendement de 30% entre la capacité énergétique de 1 litre d’essence et la propulsion à proprement dite. Lorsque nous le comparons à une pile à combustible, le rendement est de l’ordre de 90%. Alors pourquoi ne voyons-nous pas plus de pile à combustible ou de nouveaux systèmes énergétiques plus performants que le moteur à explosion ? » s’interroge Jérémie Lagarrigue, Président de HYDROS Efficiency et organisateur à Saint-Tropez de l’Hydrocontest, premier concours étudiant dédié à l’efficience énergétique maritime (travail de réflexion sur les carènes).

La course offshore met le cap à l’Est

Nouvelle édition, nouvelle destination pour l’épreuve de course offshore qui cette année prendra la direction de Vintimille en Italie. Celle-ci devra répondre au cahier des charges techniques de la YCM Offshore Class, pouvant accueillir à bord trois personnes et dont la jauge est définie en collaboration avec l’UIM. « A travers la mise en place de ce nouveau tracé, l’objectif est de mettre en avant l’esprit créatif des jeunes ingénieurs soutenus par des chantiers navals. Nous avons un objectif commun, celui de construire ensemble les bateaux de plaisance de demain » explique l'Ing. Marco Casiraghi, à l’initiative du projet. Alors que les deux ports ont pour vocation d’être interconnectés dans un futur proche, cette course servira de test grandeur nature aux utilisateurs de ces nouvelles énergies.

Un drone révolutionnaire

Véritable vitrine des nouvelles avancées technologiques et après l’escale de Planet Solar en 2014, le Solar & Energy Boat Challenge accueillera, cette année, le drone océanique Sphyrna, le plus grand drone civil de surface au monde (17 mètres) dont le moteur électrique est alimenté par les énergies solaire, éolienne et hydrolienne. Le Sphyrna réalisera cet été une mission d’évaluation de nos nuisances sonores sur les cétacés du sanctuaire Pelagos, supervisée par le Professeur Hervé Glotin de l’université de Toulon et par François Sarano, ancien conseiller scientifique du Commandant Cousteau, et membre du Club des Explorateurs du Y.C.M. Monaco, une tradition de laboratoire technologique et d’échange Un rendez-vous qui s’inscrit dans le sillage des premiers meetings de canots automobiles, quand il y a plus d’un siècle déjà, des pionniers venaient en Principauté présenter en mer leurs innovations en matière de motorisation, en présence des plus grands industriels. Une tradition de partage renouvelée, puisque chaque soir, les participants du Solar & Energy Boat Challenge pourront échanger leurs travaux en « Open Source ».

Tous vibreront au rythme de la même ambition : réinventer les propulsions du futur en puisant dans les énergies renouvelables existantes et dans le pur respect de l’environnement.

Communiqué du Yacht Club de Monaco, juin 2018

Aller plus loin

Rubriques
Nautisme