Aller au contenu principal

Alors qu'il se rendait sur la ligne de départ du Trophée Jules-Verne à Ouessant, le maxi-trimaran Spindrift a démâté, lundi à 16 h, en mer d'Iroise. Un rude coup pour le skipper Yann Guichard qui ne sait pas pourquoi le mât est tombé. "C'est incompréhensible !

"Que s'est-il passé ?On n'avait pas prévu de rentrer si vite ! Plus sérieusement, on ne sait pas du tout ce qui s'est passé, on est complètement dans l'inconnu. Mais bon, dans notre malheur, la bonne nouvelle, c'est qu'il n'y a pas de blessé. Il y avait 30 nœuds de vent, 3 mètres de vagues... et le mât est parti. J'ai cru que c'était le galhauban qui avait cédé (ndlr : câbles qui tiennent le mât en place) mais ça n'a pas l'air d'être le cas. Le mât s'est écroulé et est tombé sous le vent. ça a duré une fraction de seconde.Qu'est-ce que vous vous dites à ce moment-là ?Dans ces moments-là, il faut gérer l'urgence parce qu'on était assez proche des cailloux donc j'ai vite pris la décision de larguer le mât et les voiles car on savait que, derrière, on allait pouvoir le récupérer car même si le gréement pèse 2 tonnes ou 2,5 tonnes, ça flotte. Les mâts en sandwich comme celui-là flotte. La SNSM s'est positionnée près du mât et on a envoyé un remorqueur avec une grue afin de tout récupérer, ce qui va nous permettre de ne pas laisser de déchets dans la mer. Cela nous permettra aussi de comprendre ce qui s'est passé car, au delà de notre déception, ce qui est frustrant, c'est de ne pas savoir pourquoi ça a cassé. C'est incompréhensible.

Un premier faux-départ lundi dernier, un démâtage une semaine plus tard...Il y a beaucoup de déception. ça ne voulait pas de nous cette année : deux mois de stand-by, un faux-départ, on rentre, on repart, on démâte... Bon, ce n'était pas pour cette année. C'est dur pour tout le monde, pour les marins à bord, pour l'équipe technique aussi, cela fait deux ans qu'on prépare ce Trophée Jules-Verne. On savait que c'était un objectif dur à atteindre mais là... ça n'en sera que plus beau le jour où on parviendra à atteindre le Graal.La suite, c'est quoi pour Spindrift ?Un mât, ça ne se refait pas en deux secondes. On a un deuxième mât, le mât d'origine, c'est-à-dire le premier mât du bateau quand il portait les couleurs de Banque Populaire. C'est le mât que j'avais pour la Route du Rhum, il est plus petit mais plus lourd que le mât qui a cassé. Déjà, on va essayer de comprendre ce qui s'est passé. On va récupérer le mât et attendre des conditions plus clémentes pour ramener le trimaran à La Trinité-sur-Mer. Mais il faut qu'on trouve un chantier pour réparer tout cela car, en ce moment, il y en a des Ultimes dans les chantiers.... Donc pour cet hiver, c'est cuit. On verra l'hiver prochain. Potentiellement, c'est possible, on va aller de l'avant.

 

Surveillance de la situation par le sémaphore du Toulinguet #Spindrift 2 @MarineNationale #JulesVerneTrophy @corsencross pic.twitter.com/kihpOK3wul

— Premar Atlantique (@premaratlant) 15 janvier 2018

Un article de la rédaction du Télégramme

Aller plus loin

Rubriques
Nautisme