Vie Portuaire
Une drague de Jan de Nul en cale sèche à Saint-Nazaire

Actualité

Une drague de Jan de Nul en cale sèche à Saint-Nazaire

Vie Portuaire

La drague Fernao de Magalhaes a été mise en cale sèche le 10 décembre dans la forme Joubert, à Saint-Nazaire. En provenance du port britannique de Tyne, où il effectuait des travaux de dragage dans la rivière éponyme, le navire de 138.5 mètres de long pour 26 mètres de large appartient au groupe néerlandais Jan de Nul. Mise en service en 2011, cette drague, construite à Pula, en Croatie, et immatriculée au Luxembourg a notamment travaillé cette année sur le programme d’agrandissement du canal de Suez. Le Fernao de Magalhaes devrait quitter Saint-Nazaire mi-janvier à l’issue de son arrêt technique, réalisé par le chantier Eiffel Industrie Marine.

12.000 heures de travail et 100 personnes mobilisées

Pour l'entreprise nazairienne et ses sous-traitants, ce contrat représente pas moins de 12.000 heures de travail, et va mobiliser quelques 100 personnes. Les travaux, programmés, sont de deux natures. D'abord un passage classique en cale sèche avec carénage complet et peinture, révision des vannes de coque, métrologie sur appareil propulsif (safrans/lignes d’arbres) et visites des moteurs, avec quelques sujets particuliers en soudage sur des apparaux de dragages (alliages fonte/acier). Dans le même temps, Eiffel Industrie Marine assurera le refit du système de blocage des trois pieux - de 47 mètres et 200 tonnes chacun - dont est équipée la drague. Cette intervention représente un très gros chantier de chaudronnerie et une expertise de soudage particulière (acier haute limite élastique, procédures soudage bien particulières).

 

(© DROITS RESERVES)

(© DROITS RESERVES)

 

Un atelier provisoire au quai des Charbonniers

C’est donc un chantier important pour l’entreprise nazairienne de réparation navale, où l'on se félicite d’avoir été retenu pour assurer l’arrêt technique du Fernao de Magalhaes : « Jan de Nul a fait le choix de notre chantier d’une part grâce au retour d’expérience acquis sur la drague D’Artagnan (DEME), venue en juillet, et notre capacité à traiter de front un arrêt technique « standard » en parallèle d’un refit très technique et spécifique sur les pieux ».  

Ces derniers ont été débarqués avant le passage en forme Joubert. La manutention a été réalisée au moyen de la bigue du quai des Charbonniers, où un atelier provisoire de 2000 m² a été installé afin d'éviter les contraintes logistiques liées au transport de pièces de 200 tonnes. 

 

 

Port de Nantes Saint-Nazaire