Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Le Charles de Gaulle sera doté d’un SMART-S pendant sa refonte

Défense

A l’occasion de son second arrêt technique majeur (ATM2), qui se déroulera à partir de début 2017, le porte-avions français va bénéficier d’une refonte d’un certain nombre de ses installations. Les moyens de détection seront, entre autres, modernisés. A cet effet, le Charles de Gaulle sera doté d’un radar de veille SMART-S. Développé par Thales, ce radar 3D multifaisceaux (bande S), d’une portée supérieure à 250 km, est conçu pour la surveillance et la désignation de cibles à moyenne et longue portée, notamment dans des environnements littoraux. Le SMART-S, en service dans de nombreuses marines, avait été précédemment retenu par la flotte française pour équiper les frégates antiaériennes Cassard et Jean Bart, où il a remplacé en 2012 et 2014 le DRBJ-11B dont étaient dotés ces bâtiments depuis leur mise en service en 1988 et 1991.

Le DRBV-26D et l’Arabel conservés

Dans un souci d’uniformisation des matériels, le Charles de Gaulle verra donc, de la même manière, le SMART-S remplacer son actuel DRBJ-11B ainsi que le radar DRBV 15 du porte-avions, situé dans la mâture. En revanche, la Marine nationale ne remplacera pas les deux autres radars principaux du bâtiment : le DRBV-26D (veille air lointaine, porté donnée à 500 km, bande D) et l’Arabel (désignation d’objectif pour les missiles surface-air Aster 15, portée de 100 km, bande X). « Au cours de l’ATM2, le DRBV-26 et l’Arabel du Charles de Gaulle feront seulement l’objet d’opérations courantes de maintien en condition opérationnelle qui peuvent, pour certaines tâches, être assimilées à des modernisations. Ces radars ne sont en rien obsolescents et leur état nous incite logiquement à les conserver jusqu’à l’ATM3 », explique-t-on à l’Etat-major de la Marine nationale.

 

(© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Si le DRBV-26D du porte-avions sera en 2022 (date prévisionnelle de retrait du service du Jean Bart) le dernier radar « grillagé » encore en service dans la Marine nationale, ce système ne date en effet que de 2001. Ultime évolution de la famille V-26 apparue dans les années 70 avec les frégates du type F67 puis F70, cette antenne a été spécialement développée pour le Charles de Gaulle avec des briques technologiques de nouvelle génération, en particulier dans le domaine du traitement du signal. Quant à l’Arabel, lui aussi est entré en service avec le bâtiment amiral de la flotte française, qui fut le premier à mettre en œuvre des missiles Aster. Il a ensuite été produit pour une autre marine, celle de l’Arabie Saoudite, où il est mis en œuvre par les trois frégates du type F3000 (2002 – 2004).

 

Herakles sur FREMM (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Herakles sur FREMM (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Herakles ou SF 500 en 2025 ?

Ces radars ont donc encore du potentiel et c’est par conséquent seulement à l’occasion de son troisième arrêt technique majeur, prévu vers 2025, que le Charles de Gaulle pourrait « changer de tête ». Le remplacement du DRBV-26D et de l’Arabel sera, en effet, susceptible de changer assez significativement la forme générale de l’îlot. Plusieurs options seront disponibles, à commencer par l’intégration d’un radar multifonctions Herakles (veille air et surface, désignation d’objectifs, portée supérieure à 250 km, bande X). Evolution de l’Arabel, l’Herakles pourrait remplacer les deux antennes actuelles et constituerait une solution logique puisque les huit frégates multi-missions (FREMM) françaises en seront dotées, les deux dernières (FREMM DA prévues en 2020 et 2022) disposant d’un radar plus puissant pour accroître leurs capacités de défense aérienne. Toutefois, une autre hypothèse est envisageable si le premier radar à face planes tricolore, le SF 500, est développé dans le cadre du programme des frégates de taille intermédiaire (FTI), dont la tête de série doit être livrée par DCNS en 2023. 

 

(© MARINE NATIONALE - MT QUARANTE)

(© MARINE NATIONALE - MT QUARANTE)

Marine nationale