Marine Marchande
Libye : un porte-conteneurs turc intercepté par les forces du maréchal Haftar

Actualité

Libye : un porte-conteneurs turc intercepté par les forces du maréchal Haftar

Marine Marchande

L’armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar a annoncé lundi avoir intercepté le Mabrooka battant pavillon jamaïcan, mais appartenant à un armateur turc. Ce petit porte-conteneurs de 127 mètres faisait route entre Port Saïd (Egypte) et Misrata (à l’ouest de la Libye, fidèle au Gouvernement d’union nationale, GNA, reconnu par l’ONU).

Le navire serait entré dans une zone d’opérations militaires interdite à la navigation et n’aurait pas répondu aux appels qui lui étaient adressés. En réaction, il a été intercepté au nord de Derna et dirigé vers le port de Ras Al Halil (Est).

A bord se trouvaient neuf Turcs, sept Indiens et un Azerbaïdjanais, selon Ahmed Al Misdmari, porte-parole de l’ANL, qui a précisé que les conteneurs n’avaient pas encore été inspectés. Des images montrent un semi-rigide à couple du porte-conteneurs ou encore des vérifications d’identité menées à bord du navire. Selon le porte-parole, les marins sont détenus pour avoir violé les « réglementations et lois maritimes ».

L’ANL suspecte que la Turquie livre du matériel, personnel et mercenaires pour soutenir les troupes du GNA. Ankara a vivement réagi et sommé l’ANL de libérer l’équipage. La Turquie a affirmé que le navire transportait du matériel humanitaire.

Le consultant en sécurité britannique Ambrey Intelligence souligne que ce n’est pas la première fois que se produit une telle saisie, depuis 2017, et que dans certains cas l’ANL a exigé une taxe pour relâcher le navire. Elle a prévenu qu’elle intercepterait les navires croisant dans une « No Sail Zone » jusqu'au 34e parallèle. Autre consultant en sécurité maritime, Dryad Global recommande de ne pas s’approcher à moins de 50 milles des côtes en croisant dans la zone au nord de Derna.

Le 22 novembre, le porte-conteneurs Rosaline A. avait été contrôlé à une centaine de milles de Misrata par une équipe d’inspection de la frégate allemande Hamburg déclenchant l’ire des autorités turques. Cette frégate agissait dans le cadre de l’opération aéronavale européenne Irini, destinée à surveiller la mise en œuvre de l’embargo des Nations Unies sur les ventes d’armes en Libye.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.