Défense
CNN met en vente sa branche MCO

Actualité

CNN met en vente sa branche MCO

Défense

Le groupe Compagnie Nationale de Navigation a décidé de mettre en vente sa filiale CNN MCO, qui assure notamment le maintien en condition opérationnelle de bâtiments de la Marine nationale, de la Gendarmerie maritime et de la Douane. Basée à Guipavas, dans le Finistère, la société a été créée en 2008 mais l’activité du groupe dans ce domaine remonte à 2005. Tout a commencé avec le bâtiment de renseignement Dupuy de Lôme, sur lequel la Maritime Nantaise, autre filiale de CNN, a travaillé dès l’origine avec Thales, qui a piloté ce programme.

 

Le Dupuy de Lôme (© : MICHEL FLOCH)

Le Dupuy de Lôme (© : MICHEL FLOCH) 

 

Un portefeuille de 110 bâtiments

Profitant de l’ouverture des marchés de maintenance des bâtiments de la marine à la concurrence, CNN a créé une entreprise dédiée qui s’est installée à proximité de Brest, là où les premiers appels d’offres accessibles à d’autres industriels que DCNS ont été lancés. Entre 2009 et 2011, CNN MCO a, par exemple, assuré l’entretien des frégates de surveillance du type Floréal. Même si ce marché a depuis été perdu, la jeune entreprise a décroché de nombreux autres contrats. En plus du Dupuy de Lôme, elle s’est progressivement vue attribuer le MCO des bâtiments hydrographiques La Pérouse, Borda et Laplace, du bâtiment hydro-océanographique Beautemps-Beaupré, du bâtiment de soutien Alizé, du patrouilleur Le Malin, ainsi que de nombreuses vedettes de la Gendarmerie maritime et de la Douane. En tout, son portefeuille comprend aujourd’hui plus de 110 bâtiments, avec un gros contrat supplémentaire remporté en 2014. Il s’agit du MCO des bâtiments de commandement et de ravitaillement (BCR) de la Marine nationale, qui était auparavant assuré par STX France.

 

Le Beautemps-Beaupré (© : MARINE NATIONALE)

Le Beautemps-Beaupré (© : MARINE NATIONALE) 

 

Activité et effectifs à la hausse

Bénéficiaire, avec un chiffre d’affaire de 26 millions d’euros en 2013, CNN MCO, également implantée à Toulon et qui dispose d'une agence à La Réunion, va monter en puissance cette année avec le contrat des BCR, qui doit débuter avec l'arrêt technique de la Somme. Ses effectifs vont ainsi passer de 50 à 60 salariés. Agissant comme maître d’œuvre dans le MCO naval, la société emploie pour l’essentiel des ingénieurs. Ses équipes supervisent les chantiers dans les ports de maintenance ou de réparation, en s’appuyant pour la réalisation des travaux sur les industriels locaux et les équipementiers. A l’instar de ce que l’on trouve dans la Marine marchande, elle agit en fait comme un service technique d’armateur.

 

Vue des futurs PLG (© : SOCARENAM - BUREAU MAURIC)

Vue des futurs PLG (© : SOCARENAM - BUREAU MAURIC) 

 

Alliance avec des chantiers sur les nouveaux programmes

En plus des unités déjà opérationnelles, CNN MCO se positionne aussi avec des chantiers partenaires sur les programmes constructions neuves, les derniers appels d’offres du ministère de la Défense comprenant non seulement la réalisation des bâtiments, mais aussi un volet dédié au MCO. Ce fut le cas pour les deux nouveaux patrouilleurs légers guyanais (PLG), dont le contrat a été notifié en décembre à Socarenam. Mais aussi à CNN MCO, qui assurera la maintenance des PLG pendant leurs six premières années de service, sachant que leurs livraisons sont prévues fin 2016 et à l’été 2017. Et la société Guipavas vise d’autres projets. Ainsi, même si elle ne le confirme pas, CNN MCO se serait selon certaines sources alliée au groupe néerlandais Damen dans le cadre de l’appel d’offres sur les futurs bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers (BSAH).

 

Rouliers de la Maritime Nantaise à Toulon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Rouliers de la Maritime Nantaise à Toulon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

CNN : de l’armement de navires aux hélicoptères

C’est donc une société en plein essor et qui dispose maintenant de 10 ans d'expérience que la Compagnie Nationale de Navigation a décidé de mettre en vente. Pour mémoire, en plus de CNN MCO et de la Maritime Nantaise (qui arme notamment des rouliers affrétés par le ministère de la Défense), le groupe, réputé pour sa discrétion, compte deux autres filiales : la Société d’Armement de l’Ouest (SAO), dont les équipages exploitent des lignes desservant les îles bretonnes, ainsi qu’Heli Union, entreprise dédiée au transport aérien au profit de l’industrie offshore, à la formation au pilotage d’hélicoptères, ainsi qu’à la maintenance de machines.