Aller au contenu principal

« Un bateau c’est comme une île. Il faut penser à tout et savoir tout faire, de l’électricité à la cuisine. Cela pousse à l’autonomie, à la résilience et à l’appropriation des savoir-faire. C’est une des raisons pour lesquelles le bateau était un laboratoire idéal pour tester toutes les inventions low-techs. En plus du fait, bien sûr, qu’il nous a permis de faire le tour du monde ». Corentin de Chatelperron a la voix sereine. Avec son équipe de Nomade des Mers, il s’apprête à boucler, samedi 25 juin à Concarneau, un tour du monde à la voile entamé en février 2016 à la rencontre des low-techs sur tous les continents.

Aller plus loin

Rubriques
Science et Environnement