Aller au contenu principal

Le chantier ODC Marine connaît une année 2022 chargée. Ce chantier à capitaux français atypique, puisqu’il est installé dans la grande ville de la construction navale de Dalian, en Chine, doit livrer dans l’année pas moins de huit bateaux, a appris Mer et Marine auprès du constructeur. Soit le maximum de ses capacités, alors que le chantier construit habituellement de 4 à 7 bateaux de travail en aluminium de moins de 30 mètres, par an. « Nous avons cinq bateaux en construction et nous devons en commencer trois autres prochainement », indique l’un des cofondateurs, Stéphane Gonnetand.

Cinq premiers bateaux très différents 

ODC Marine construit en ce moment un « yacht support vessel » de 18 mètres de long par 4.7 de large livrable cet été. Conçu par Mer et Design, il sera propulsé par deux Cummins QSL9 de 450 chevaux et pourra atteindre la vitesse de 20 nœuds. Il doit servir de « bateau support pour le yacht d’ un millionnaire philippin », explique Stéphane Gonnetand. Ainsi, il sera doté d'un barbecue à gaz, cuisine, réfrigérateur, deux congélateurs, deux dessalinisateurs, des machines à laver, etc. Mais il sera aussi équipé d’une grue Guerra de de 3.5 T/m et pourra accueillir des passagers.  

© ODC MARINE

 

Le chantier de Dalian travaille aussi sur deux vedettes hybrides de 12 mètres par 4.20 de large conçues par Eric Jean. Elles auront une autonomie en tout électrique de 2 heures à 6 nœuds. La première, Colibr-E, destinée à Argelès-sur-Mer, pour Yoan Salomon (Kapmer), sera propulsée par deux Cummins QSB 6 de 350 chevaux et deux moteurs électriques de 20 kW.

© ODC MARINE

 

La seconde naviguera sur le lac Léman pour Pascal Dumerger (l’Hélionaute) et sera propulsée par deux Iveco NEF 450 Stage V de 170 chevaux, ainsi que deux moteurs électriques de 20 kW.

Aller plus loin

Rubriques
Construction navale