Aller au contenu principal

Le secteur de l’offshore pétrolier et gazier est une activité importante pour l’hélicoptériste européen, qui a livré depuis cinquante ans plusieurs centaines d’appareils à l’industrie de l’Oil&Gas. Fin 2014, la flotte en service a cumulé plus de 10 millions d’heures de vol. « Airbus Helicopters est très fier d’être un acteur important du développement du secteur pétrolier et gazier dans le monde, et nous sommes déterminés à poursuivre cette relation avec des machines adaptées bénéficiant de l’engagement de notre entreprise en matière de sécurité, de fiabilité et d’efficacité », explique Christopher Grainger, vice-président Oil&Gas d’Airbus Helicopters.

Le groupe estime qu’il a produit 25% des hélicoptères actuellement en service, la flotte mondiale étant estimée à environ 2300 machines. Le premier marché d'Airbus est le continent américain, où ses appareils ont cumulé plus de 4.12 millions d’heures de vol. Vient ensuite l’Europe (3.27 millions), l’Asie (plus de 1.82 million), l’Afrique (plus de 557.000) et l’Océanie (216.000). En plus des grands bassins offshore historiques, comme le golfe du Mexique et la mer du Nord, les hélicoptères sont de plus en plus sollicités dans d'autres régions, de la Chine à l'Afrique. Ces moyens aériens sont notamment utilisés pour des missions de transport de personnel et de fret, ainsi que des opérations d’assistance et de sauvetage.  

 

98740 airbus offshore
© NICOLAS GOUHIER - ABACA PRESS

(© : NICOLAS GOUHIER - ABACA PRESS)

 

Afin  de soutenir la croissance de son activité dans l’Oil&Gas, Airbus ne se contente pas de produire des machines optimisées pour les missions offshore. Le groupe développe également, au plus près de ses clients, des chaines logistiques, avec des centres de pièces détachées et de maintenance, des installations de formation dotées de simulateurs, ainsi que des équipes techniques et de sécurité.

Pour mémoire, c’est dans les années 60 que l’hélicoptériste s’est lancé sur ce marché avec l’Alouette III. La célèbre machine a ensuite été suivie par les familles Super Puma, Dauphin et Ecureuil. Puis ce fut au tour des EC135, EC145 ou encore EC120, sans oublier le nouvel EC175, qui a débuté ses opérations dans le segment offshore avec la société NHV, qui a mis en service un premier appareil de ce type au mois de décembre en mer du Nord.

Les Super Puma, qui cumulent près de 2.8 millions d’heures de vol au profit de l’industrie, sont également fidèles au poste avec la dernière évolution de cette famille, l’EC225. Airbus lance d’ailleurs une nouvelle version de cet hélicoptère de 11 tonnes. Elle présente notamment une capacité d’emport et une autonomie accrues (300 milles de rayon d’action) grâce à des réservoirs supplémentaires, s’est parée d’une cabine au confort amélioré pour les passagers et dispose d’une nouvelle avionique permettant d’augmenter la perception de la situation du pilote et de soulager sa charge de travail. Baptisée EC225e, cette nouvelle version doit être certifiée en 2016 et voir ses premiers exemplaires livrés dans la foulée. 

 

98746 airbus offshore EC225
© AIRBUS HELICOPTERS - FABRE LORETTE

EC225 en exercice de sauvetage (© : AIRBUS HELICOPTERS - FABRE LORETTE)

98744 airbus offshore EC225
© AIRBUS HELICOPTERS - FABRE LORETTE

EC225 en exercice de sauvetage (© : AIRBUS HELICOPTERS - FABRE LORETTE)

 

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Offshore
Dossiers
Airbus