Aller au contenu principal

Avec un peu d'avance sur le planning initialement fixé, le groupe pétrolier français a annoncé l'entrée en exploitation du champ géant Pazflor. Situé au large des côtes angolaises, à 150 kilomètres de Luanda, par des profondeurs d'eau de 600 à 1 200 mètres, le site contient des réserves prouvées et probables estimées à 590 millions de barils. La capacité de production de 220.000 barils par jour sera atteinte progressivement dans les prochains mois, précise Total. « La mise en production de Pazflor, en avance de plusieurs semaines sur la date prévue et dans le budget prévu, est une performance remarquable de l'ensemble des équipes qui y ont contribué. Cette efficacité trouve également sa source dans le soutien et la confiance témoignés par notre concessionnaire et partenaire Sonangol », explique Yves-Louis Darricarrère. Pour le directeur général Exploration & Production de Total : « Pazflor nécessitait un développement à la mesure de sa dimension et de sa complexité : en ouvrant de nouvelles voies technologiques, ce projet confirme l?expertise de notre groupe en matière de développements dans des environnements d'une très grande complexité. Les installations du projet ont été conçues et testées selon les standards les plus élevés en matière de protection de la santé, de la sécurité et de l'environnement. Nous poursuivons ainsi notre aventure dans l'offshore profond, qui constitue l'un des principaux axes de croissance de notre production future et qui a débuté ici-même en Angola ». (© : TOTAL) Le plus grand FPSO du monde en action Pazflor regroupe un immense réseau de collecte sous-marin, le plus complexe jamais réalisé en Angola (180 kilomètres de lignes reliant notamment 49 puits sous-marins et 10.000 tonnes d'équipements sous-marins), le tout en liaison avec la plus grande unité flottante de production, de stockage et de déchargement du monde. Construit par les chantiers sud-coréens Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering (DSME) de Koje, le FPSO Pazflor, livré en janvier dernier, mesure 325 mètres de long pour une largeur de 62 mètres. Pesant plus de 120.000 tonnes, ce mastodonte, maintenu par 16 lignes d'ancrage, peut stocker jusqu'à 1.9 million de barils dans sa coque. L'huile est ensuite exportée vers les tankers via une bouée de chargement. Le gaz associé est réinjecté dans le gisement, et pourra alternativement être exporté vers l'usine d'Angola LNG une fois cette dernière opérationnelle. L'un des principaux défis techniques consistait à produire deux huiles aux caractéristiques très différentes, issues de quatre réservoirs distincts. La production de l'huile lourde et visqueuse des trois réservoirs Miocène, qui représente les deux tiers des réserves, et les contraintes associées en termes de circulation des fluides constituaient un défi technologique majeur. Il convient en effet de séparer le gaz des liquides au fond de la mer afin de pouvoir pomper ces liquides visqueux vers la surface. La conception et l'installation de modules de séparation sous-marine gaz/liquide et de pompage représentent à cette échelle une première mondiale. Les pompes utilisées ont été conçues et testées spécialement pour le projet Pazflor. Pour mémoire, Sonangol est le concessionnaire du Bloc 17. Total E&P Angola, filiale à 100% de Total en est l'opérateur avec un intérêt de 40%. Les autres partenaires sont Statoil ASA (23.33%), Esso Exploration Angola (Block 17) Limited (20%) et BP Exploration (Angola) Ltd (16.67%).

Aller plus loin

Rubriques
Offshore
Dossiers
TotalEnergies