Aller au contenu principal

Le navire de construction offshore Siem Daya 1 a été livré par le chantier Vard de Brattvaag, en Norvège. Long de 120.8 mètres pour une largeur de 22 mètres et un tirant d’eau de 6.6 mètres, ce navire, qui présente un port en lourd de 5000 tonnes, est du type VARD 3 11 (ex- OSCV 11 de STX OSV, ancien nom du constructeur avant sa reprise  par Fincantieri en début d’année).  Cette unité, conçue pour les missions IMR (inspection, réparation, maintenance) et de construction d’installations sous-marines, est très compacte, étant l’une des plus petites de cette gamme réalisées par Vard. Présentant une surface de pont de 1300 m², le Siem Daya 1 dispose de deux grues, la plus puissante d’une capacité de 250 tonnes et l’autre de 50 tonnes. Toutes deux sont dotées d’un système actif de compensation de houle et peuvent travailler à des profondeurs de 3000 mètres. Le navire compte également un hangar pour trois robots télé-opérés (ROV), dont un mis à l’eau au travers d’une moonpool (ouverture à l’aplomb de la coque). La moonpool de travail, de 7.2 mètres de côté, débouche sur le pont, permettant au Siem Daya 1 d’embarquer une tour de pose de conduites flexibles ou de manutention de modules d’intervention sous-marine.

 

 

78385 vard 3 11 siem
© VARD

(© VARD)

 

 

Des navires taillés pour les mers difficiles

 

 

Un sistership de ce navire sera prochainement livré par le chantier de Brattvaag à Siem Offshore. La compagnie norvégienne a, par ailleurs, passé commande de deux autres navires un peu plus large (23 mètres). Quatre bateaux finalement très similaires. Ils se distinguent par leur vitesse, supérieure à 16 nœuds, et un design leur permettant de travailler dans des conditions très rudes. Ce sont des navires taillés pour une mer hostile, par opposition à des designs plus simples et carrés, conçus pour l’Asie ou d’autres eaux peu agitées. Capables d’accueillir jusqu’à 110 personnes, ils présentent également des standards très élevés en termes d’habitabilité, avec de nombreuses cabines simples ou des cabines doubles très spacieuses, ainsi qu’un très grand confort sonore grâce à l’isolement du casing de la superstructure. Ils bénéficient par ailleurs de grandes qualités marines, pour maintenir une vitesse de transit raisonnable et surtout réduire les mouvements sur le pont, où toutes les grandes pièces sont soudées de manière temporaire.

Le constructeur européen a déjà réalisé plusieurs unités du type VARD 3 11. C’est le cas de l’Ocean Shield, mis en service en 2012 au sein de la marine australienne, ou encore du Skandi Bergen, livré en juin à DOF. 

 

 

78396 vard skandi bergen dof
© DOF

Le Skandi Bergen (© DOF)

Aller plus loin

Rubriques
Offshore
Dossiers
Vard