Aller au contenu principal

Le Kalon Island, bateau de Jean-Philippe Vaillant, est arrivé au Conquet après trois jours en mer depuis Rotterdam (Pays-Bas). Construit en Islande, le navire est un Cleopatra Fisherman 50, long de 14,99 m et large de 4,60 m. Il accueille cinq membres d'équipage. Léger, plus rapide et moins gourmand en carburant, le Kalon Island n'a pas été un projet facile ; trois ans et demi de démarches administratives et financières contraignantes (sans aucune subvention) dont l'attente des PME : permis de mise en exploitation des navires de pêche.

 

185514 conquet
© EUGÈNE GILLET

(© EUGENE GILLET)

 

Transmission familiale

« Je voulais transmettre un matériel neuf à mon fils William qui reprendra quand j'arrêterai. La pêche est une histoire de famille. Mon frère, Xavier, est aussi pêcheur et surtout notre père Jo, qui a fait plus de 50 ans de pêche et dans des conditions autrement plus difficiles et dangereuses que nous. Aujourd'hui, un jeune qui veut se lancer c'est quasiment impossible. Les contraintes imposées par la FEAMP (Le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche), le bureau Veritas et les banques transforment l'installation en parcours du combattant. Les conditions d'obtention de subventions sont tellement compliquées que peu de pêcheurs en profitent », explique Jean-Philippe Vaillant. « C'est dommage car le métier est attractif et les salaires sont corrects et sur un bateau comme celui-ci, tout est fait pour rendre le travail des hommes plus confortable, comme l'isolation phonique. Notre pêche est vendue à la criée de Brest, et toujours en direct et sur les marchés locaux par Sylvie ».

Un article de la rédaction du Télégramme

 

Aller plus loin

Rubriques
Pêche