Aller au contenu principal

Le Neway, chalutier costarmoricain, dont deux matelots ont disparu en mer, samedi soir, a accosté à Roscoff dans la matinée du lundi 15. Les auditions de l'équipage et de l'armateur ont eu lieu sur place. Trente-six heures après l'appel de détresse et les recherches infructueuses de deux marins, tombés à l'eau au large des îles Scilly, en Manche, c'est dans une ambiance tendue que, soucieux de ne rien laisser filtrer, les trois hommes restants à bord ont mis pied à terre, accueillis par leur patron (de l'armement Christophe Doledec à Plérin), mais aussi par la gendarmerie maritime de Brest. Celle-ci a été saisie par le parquet de Saint-Brieuc, qui a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire. 

 
« Ce n'est pas clair » 
 
 
Les auditions, lancées dans la foulée, ont eu lieu jusqu'en milieu d'après-midi, dans des locaux de la criée réservés à cet effet. À 11 h 30, l'hélicoptère du Samu a déposé sur site un médecin chargé d'assurer la cellule psychologique, mise à la disposition des matelots. Les plongeurs de la gendarmerie sont également arrivés en fin de matinée, pour inspecter le chalutier. Dans la soirée, le parquet briochin ne faisait pas plus de commentaires sur les circonstances qui ont pu provoquer l'accident. À quai à Roscoff, le capitaine du Belenos avouait, lui, ne pas comprendre davantage l'enchaînement des faits. Situé à 15 milles du Neway au moment de l'alerte, samedi soir, le chalutier de l'armement Porcher fait partie de ceux qui se sont déroutés pour participer aux recherches. « D'après les messages radio, le Neway était en pêche. Il ne faisait pas de manoeuvre (ni de virage, ni de chalutage) au moment où les deux hommes sont tombés à l'eau. Comment ont-ils pu basculer ? Ce n'est pas clair », soupire le marin. Quant au déchargement du Neway - parti en mer une semaine plus tôt -, il a été effectué normalement, hier, et la cargaison livrée comme d'habitude à Saint-Quay-Portrieux, dans l'après-midi. Après la relève d'équipage, le chalutier de l'armement Doledec a pu reprendre la mer. Il a quitté Roscoff vers 16 h 45.
 
 
Un article de la rédaction du Télégramme

Aller plus loin

Rubriques
Pêche
Dossiers
Pollution en mer et accidents