Aller au contenu principal

Suite à la décision de la Commission européenne du 21 janvier dernier de fermer la pêche du bar au chalut pélagique jusqu’à la fin avril 2015, Christophe Clergeau, 1er vice-président de la Région des Pays de la Loire en charge de l’économie et de l’innovation était ce matin en visite à la Turballe pour rencontrer et échanger avec les pêcheurs.

En effet, cette interdiction a un impact fort en Pays de la Loire, 31 navires sont armés au chalutier pélagique au niveau du territoire et sont concernés par cette mesure :

- 6 navires de 15 à 20 mètres immatriculés dans le quartier maritime des Sables d’Olonne

- 25 navires de 12 à 22 mètres immatriculé dans le quartier maritime de Saint-Nazaire

L’espèce Bar est une espèce d’importance pour les halles à marées ligériennes, qui représente un chiffre d’affaires de près de 13 M€ en 2013 sur cette seule espèce.

Venu écouter les professionnels ligériens, Christophe Clergeau a rappelé que « face à une telle situation, nous serons plus que jamais aux côtés des pêcheurs impactés pour trouver des solutions et les accompagner concrètement tout au long de cette période de restriction comme nous l’avions fait lors de l’arrêt temporaire de la pêche au requin taupe ou à l’anchois ». Un vœu « pour un plan d’urgence à la pêche ligérienne » a d’ailleurs été adopté à l’unanimité par l’ensemble du Conseil régional lors de la session budgétaire qui s’est déroulée les 5 et 6 février dernier.

L’Etat a annoncé la mise en oeuvre d’un dispositif d’arrêt temporaire à la pêche au bar avec des indemnisations financières pour compenser les pertes économiques des professionnels. « D’ores et déjà, en attendant le versement effectif des aides de l’Etat, la Région s’engage à prendre en charge les intérêts correspondant aux avances de trésoreries qui seront accordées par les banques aux professionnels concernés. » a indiqué Christophe Clergeau.

Une convention devrait être signée avec les banques concernées (Crédit Mutuel et Crédit Maritime). L’aide régionale sur ce dispositif pourrait être de plusieurs dizaines de milliers d’euros. Par ailleurs « la Région réfléchit à d’autres mesures à plus long terme pour assurer l’avenir de la pêche ligérienne notamment dans le cadre du FEAMP et sur le champ de l’innovation et de la formation professionnelle » a conclu Christophe Clergeau devant les pêcheurs.

 

Communiqué de la région des Pays de la Loire, février 2015

Aller plus loin

Rubriques
Pêche