Aller au contenu principal

Le résultat des négociations concernant le Golfe de Gascogne laisse présager de drames dans les mois qui viennent. La baisse de 36 % pour la sole va se traduire inévitablement par des enchaînements négatifs pour toute la filière avec des effets de reports importants sur d’autres pêcheries.

Certes, l’on nous promet un engagement total de la Commission sur les mesures d’accompagnement : arrêts temporaires et compensations de pertes de chiffres d’affaires.

Mais les professionnels sont convaincus que ces faux remèdes seront vraisemblablement insuffisants. Ils ne sauraient, en tout cas, remplacer une vraie politique commune des pêches, mettant certes la ressource au coeur des débats, mais aussi et surtout les pêcheurs et les entreprises de pêche dont le rôle est capital dans l’économie du littoral.

Concernant les stocks partagés avec le Royaume-Uni, en l’absence d’accord à cette date, les professionnels sont à nouveau contraints de travailler avec comme seul horizon une visibilité de trois mois. Ceci est inacceptable.

Ces mauvaises nouvelles s’ajoutent aux deux crises du BREXIT et du COVID. Cela fait beaucoup pour une fin d’année.

Communiqué de la Coopération maritime, 14/12/21

 

Aller plus loin

Rubriques
Pêche