Aller au contenu principal

Nouvelle innovation à bord d’Energy Observer. Le navire autonome, équipé notamment d’un système de production d’hydrogène décarboné à partir d’eau de mer, a été doté d’une nouvelle pile à combustible adaptée pour lui par Toyota, partenaire du projet depuis 2017.

 

222592 Energy Observer
© ENERGY OBSERVER

(© ENERGY OBSERVER)

222594 Energy Observer
© ENERGY OBSERVER

(© ENERGY OBSERVER)

 

Le centre technique de Toyota en Europe a développé cette pile, d'une puissance crête de 115 kW et une puissance de rendement de 60 kW, en utilisant des composants introduits pour la première fois dans la Toyota Mirai (voiture hydrogène) puis sur des bus et camions. Le constructeur a intégré ces composants dans un module compact adapté aux applications maritimes. Avec un rendement jusqu'à 55 % supérieur à la précédente, la nouvelle pile doit fournir plus de puissance au navire qui traversera les océans Atlantique et Pacifique en 2020.

Diaporama orphelin : container

Le catamaran de 30 tonnes a été remis à l’eau à Saint-Malo, il y a quelques jours, après un arrêt technique de trois mois, qui a notamment permis d’installer cette pile. Les derniers tests auront lieu avant son départ le 17 février pour la suite de son parcours. Pour rappel, le navire, lancé en 2017, est équipé de panneaux photovoltaïques, d’une propulsion hydrogène et, depuis quelques mois, d’ailes Oceanwings. Il a déjà parcouru des milliers de milles en Europe, poussant même jusqu’au Spitzberg l’été dernier. Mais en 2020, il doit couvrir une distance équivalente à celle de ses trois premières années (18.000 milles).

 

Aller plus loin

Rubriques
Science et Environnement