Aller au contenu principal

Entreprises, salariés, associations et ONG, citoyens et collectivités investis dans le monde maritime… L’Institut français de la mer a décidé d’ouvrir sa gouvernance au monde extérieur en créant un Comité des parties prenantes (CPP). « Au sein de cette nouvelle instance, l’institut veut donner voix au chapitre à tous les acteurs de la société civile. Objectif : permettre à l’institut d’anticiper et de mieux répondre aux attentes de la société vis-à-vis des sciences marines », indique l’Ifremer, qui appelle les personnes intéressées à candidater.

Le CPP, qui sera composé de 20 membres et doit être installé en septembre, aura quatre priorités :

- Être à l’écoute de l’ensemble des parties prenantes concernées par les activités de l’Ifremer pour mieux anticiper et comprendre leurs besoins et leurs attentes,

- Prendre en compte ces attentes dans la conduite de ses activités et ajuster en conséquence la stratégie de l’Institut,

- Réduire le risque de méconnaître ou mésestimer les préoccupations ou savoirs propres des parties prenantes concernées par les activités de l’Ifremer,

- Recueillir des données et informations détenues par les parties prenantes, notamment dans le cadre de la production d’avis et de recommandations.

Le nouveau comité sera articulé en cinq collègues :

- Le collège des associations et ONG : associations de protection de la nature, ONG environnementales et associations pour le développement de la culture scientifique et technique et de l’esprit critique,

- Le collège des entreprises et artisans du monde maritime : acteurs socioprofessionnels et entreprises, notamment PME, impliqués dans les différentes filières maritimes,

- Le collège des élus et représentants des territoires : élus issus des collectivités territoriales, de la représentation nationale et du Parlement européen,

- Le collège des marins et travailleurs du maritime : organisations représentatives des salariés du secteur maritime (marins…),

- Le collège des citoyens engagés à titre individuel sur les défis relatifs à l’océan, aux mers et aux activités maritimes (skippeurs professionnels, militants engagés dans des démarches de sensibilisation).

Les candidatures seront analysées par un comité de sélection, qui sera réuni par l’Ifremer au mois de juillet et sera composé de grands témoins du monde maritime et de membres du conseil d’administration de l’Institut. L'installation du comité des parties prenantes sera effective dès septembre 2021.

L’Ifremer explique qu’il recherche plus particulièrement des personnes issues de la société civile à même de contribuer aux travaux du CPP : « Par leur connaissance des préoccupations sociétales relatives à l’océan, aux mers et aux milieux côtiers ; par leur connaissance des territoires littoraux, de leur population et des politiques publiques maritimes qui les touchent ; par leur connaissance et leur expérience des démarches participatives ; par leur expérience des relations entre sciences, politiques publiques et société »

Le comité sera composé de 20 membres maximum, nommés pour une durée de 5 ans.

- Si vous êtes intéressés, vous pouvez déposer votre candidature sur ce lien

 

Aller plus loin

Rubriques
Science et Environnement