Aller au contenu principal

La France dispose de l’une des trois plus grandes flottes océanographiques d’Europe. Se déployant sur toutes les mers du monde, elle compte une vingtaine d’unités hauturières, semi-hauturières et côtières.  

La Flotte océanographique française (FOF) est une Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Issue d’un processus d’unification initié en 2006, elle regroupe depuis 2018 les moyens auparavant gérés par l’Ifremer, le CNRS, l’Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV) et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Ce regroupement a pour objectif d’optimiser, mieux coordonner et développer les activités de cette infrastructure. La FOF est opérée depuis janvier 2018 par l’Ifremer, qui a créé en son sein une direction de la flotte en charge du pilotage des structures d’armement des navires (notamment Genavir), ainsi que de la programmation et du développement des navires, des engins sous-marins et équipements de cette flotte. L’ensemble de la flotte est géré et armé avec Genavir, en dehors du Marion Dufresne (propriété des Terres australes et antarctiques françaises - TAAF - et de Louis Dreyfus Austral Seas) et des navires de station armés par le CNRS. La structure regroupe 80 personnes au sein de l’Ifremer et s’appuie sur 380 marins et sédentaires chez Genavir.

La FOF compte quatre unités hauturières (Pourquoi Pas ?, L’Atalante, Thalassa, Marion Dufresne), deux semi-hauturières (Antea, Alis), cinq navires côtiers (L’Europe, Côtes de la Manche, Téthys II, Thalia, Haliotis) et sept navires de station (Antédon II, Néréis II, Sépia II, Sagitta III, Neomysis, Planula IV, Albert Lucas). S’y ajoutent de nombreux équipements scientifiques, comme le sous-marin habité Nautile, des robots et drones, ainsi que les systèmes embarqués, à poste ou mobiles, nécessaires aux travaux océanographiques.

 

 

276255 fof ifremer ariane
© OLIVIER DUGORNAY - IFREMER

Le robot Ariane déployé depuis l'Antea (© OLIVIER DUGORNAY -IFREMER)

 

Diaporama

 

 

276257 fof ifremer
© OLIVIER DUGORNAY - IFREMER

(© OLIVIER DUGORNAY -IFREMER)

 

Intervenant sur toutes les mers du globe, des zones côtières jusqu’à des profondeurs de 6000 mètres, la FOF conduit au profit d’une communauté de plus de 3000 scientifiques un ensemble de programmes de recherche, d’observation et d’expérimentation pour approfondir la connaissance des océans, de leur écosystème et des mécanismes qui les régissent, y compris dans le domaine climatique. La flotte conduit également des missions de service public, comme l’évaluation des stocks de poissons et des campagnes hydrographiques contribuant à la mise à jour des cartes marines. Elle intervient également suite à des évènements. Ainsi, depuis 2019, des campagnes menées à Mayotte ont permis de découvrir que les séismes secouant l’île étaient liés à la formation d’un nouveau volcan sous-marin, désormais sous surveillance. La FOF mène enfin des projets de R&D en collaboration avec les industriels et a un rôle important en matière de formation universitaire. 

En octobre 2020, le Conseil d’administration de l’Ifremer a validé un plan d’évolution de la Flotte à l’horizon 2035. Il prévoit le retrait du Nautile après 2025 en parallèle de la mise en service du drone Ulyx, la modernisation du ROV Victor 6000 et le développement d’un second ROV profond pour 2024. Le plan prévoit la refonte à mi-vie du Pourquoi pas ? en 2024, le remplacement de L’Atalante à l’horizon 2030, ceux plus urgents des Thalia et Alis, ainsi que le renouvellement progressif de différents navires côtiers et de station. Un marché pour la construction d'un nouveau navire de 45 mètres a été lancé fin 2021

Les navires océanographiques hauturiers

 

MARION DUFRESNE

 

267489 marion dufresne
© MER ET MARINE

Le Marion Dufresne (© MER ET MARINE)

 

Chantier : ACH (Le Havre) - Année de mise en service : 1995

Longueur/Largeur : 120.5 x 20.6 mètres - Jauge brute : 9403 tjb

Equipage : 48 navigants + 110 scientifiques et techniciens

Propriétaire : GIE MD II (TAAF et LDAS)

Armement : Louis Dreyfus Austral Seas

Affréteur : TAAF (120 jours/an) - Sous-affréteur : Ifremer (217 jours/an)

 

Le Marion Dufresne, modernisé en 2015 pour naviguer encore 20 ans, est l’un des plus grands navires océanographiques au monde et le plus important sous pavillon français. Il présente la particularité d’être à la fois une plateforme de recherche et en même temps de soutien logistique au profit des bases et stations scientifiques situées sur les îles subantarctiques (Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam), dont la gestion fonctionnelle est assurée par l’administration des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). La présence permanente française dans ces territoires difficiles d’accès nécessite une logistique complexe à laquelle participe le navire, qui ravitaille les bases en carburant, vivres et matériel, tout en assurant les relèves de personnel. Dans cette fonction il est affrété environ 120 jours par an les TAAF et est employé par l’Institut polaire français Paul Emile Victor (IPEV). Parallèlement, l’Ifremer sous-affrète le Marion Dufresne à hauteur de 217 jours par an pour les besoins de la communauté scientifique.

 

 

267490 marion dufresne
© MER ET MARINE

Le Marion Dufresne (© MER ET MARINE)

 

Sur le plan scientifique, le navire couvre tous les domaines de l’océanographie, à l’exception de l’halieutique. Il se distingue par ses capacités internationalement reconnues en matière de carottage sédimentaire et d’études paléo-climatologiques : grâce à son carottier géant il est un des seuls navires à collecter des carottes sédimentaires pouvant atteindre plus de 60 mètres, avec un record mondial de 69,7 mètres établi en mars 2019 au large de Crozet. Le navire a aujourd’hui la capacité à déployer le pénétromètre Penfeld et le ROV Victor 6000. Équipé de 650 m² de laboratoires et locaux scientifiques, il dispose notamment d’un cabestan de 45 t, d’un portique latéral de 45 t, d’un portique arrière de 30 t, de plusieurs câbles de 6000 m, de différentes grues dont deux de 25 t, une de 15 t et une de 3 t, ainsi que des treuils pour les activités scientifiques et logistiques. Sa capacité d’emport de fret est de 5600 m³ ou 88 conteneurs (EVP). Pour les missions TAAF, il embarque un hélicoptère et une barge pour le débarquement de fret dans les îles australes et éparses. Un nouveau chaland est d’ailleurs en construction pour une mise en service cette année.

 

POURQUOI PAS ?

 

238037 ifremer pourquoi pas ?
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

Le Pourquoi pas ? (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Chantier : Chantiers de l’Atlantique (Saint-Nazaire) - Année de mise en service : 2005

Longueur/Largeur : 107.6 x 20 mètres Jauge brute : 7854 tjb

Equipage : 17 à 33 navigants + 40 scientifiques et techniciens

Propriétaire : Ifremer (55%) et Marine nationale (45%) - Armement : Ifremer

 

Le Pourquoi pas ? est le fruit d’une coopération entre l’Ifremer et la Marine nationale, qui l’a financé à hauteur de 45% et l’utilise en moyenne 130 jours par an, principalement au profit du Shom (anciennement Service Hydrographique et Océanographique de la Marine). A l’inverse, la FOF a aussi un accès annuel d’une dizaine de jours au bâtiment hydro-océanographique Beautemps-Beaupré.

 

 

238040 ifremer pourquoi pas ?
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

Le Pourquoi pas ? (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Le Pourquoi pas ? évolue principalement en Atlantique et en Méditerranée, parfois en océan Indien. Ce navire multidisciplinaire est taillé pour l’hydrographie hauturière mais aussi côtière grâce à des vedettes pouvant travailler par petits fonds. Il est équipé pour l’étude de la colonne d’eau et des courants, la réalisation de cartographies sous-marines grâce à ses sondeurs, ou encore pour mener des campagnes de caractérisation du sous-sol (sismique, gravimétrie, magnétisme) via notamment des systèmes sismiques 2D et 3D. S’y ajoutent des travaux sur les processus physiques, biologiques et géologiques dans les océans. Il peut réaliser des prélèvements et analyses d’échantillons d’eau, de matières vivantes, de sédiments et de roches.

 

 

276234 pourquoi pas nautile asterX
© STEPHANE LESBATS - IFREMER

Hangar du Pourquoi pas ? avec trois engins sous-marins (© STEPHANE LESBATS - IFREMER)

 

276237 pourquoi pas nautile asterX
© STEPHANE LESBATS - IFREMER

Le Pourquoi pas? déployant le mini-sous-marin Nautile (© STEPHANE LESBATS - IFREMER)

 

Comptant huit laboratoires et un PC scientifique de 90 m², le Pourquoi pas ? est équipé d’un portique de 22 t, un portique latéral hydrologie/bathysonde (4 t), des treuils, une grue océanique et deux grues de manutention (15 t à 15 m à quai et 500 kg à 22 m à la mer pour l’une, 15 t à 12 m à quai et 3 t à 12 m à la mer pour l’autre).

Doté de deux hangars, le navire met en œuvre jusqu’à deux systèmes sous-marins ou équipements lourds durant la même campagne. Il peut embarquer le Nautile, le Victor 6000 et le nouvel Ulyx. Le Pourquoi pas ? doit bénéficier d’une rénovation à mi-vie en 2024.

 

L’ATALANTE

 

276240 atalante ifremer FOF
© STEPHANIE LESBATS

L'Atalante dans sa toute nouvelle livrée aux couleurs de la FOF (© STEPHANE LESBATS - IFREMER)

 

Chantier : ACH (Le Havre) - Année de mise en service : 1989

Longueur/Largeur : 84.6 x 15.9 mètres - Jauge brute : 3959 tjb

Equipage : 29 navigants + 30 scientifiques et techniciens

Propriétaire : Ifremer - Armement : Genavir

 

Modernisé en 2009, L’Atalante a été remotorisé en 2021 avec un objectif de diminution de ses émissions et pour rester en service jusqu’en 2030. Ce navire multidisciplinaire est conçu pour les géosciences marines, l’océanographie physique et la biologie. A cet effet, il est doté d’une panoplie complète d’équipements scientifiques, ainsi que de huit laboratoires d’une superficie totale de 130 m², d’un PC scientifique de 67 m² et de nombreuses salles de travail et locaux spécialisés. L’Atalante peut mettre en œuvre le robot Victor 6000, le sous-marin Nautile ou encore les flûtes des systèmes de caractérisation sismique 2D et 3D.

 

 

276238 atalante ifremer FOF
© STEPHANIE LESBATS

L'Atalante (© STEPHANE LESBATS - IFREMER)

 

Il est équipé d’un vaste hangar donnant sur les laboratoires et la plage arrière. Doté d’un portique arrière basculant de 22 t, de portiques latéraux de 2,6 à 10 t (carottage, hydrologie/bathysonde), d’un treuil océanographique grands fonds, d’un puits de mise à l’eau d’équipements de 800 mm de diamètre et d’une grue télescopique sur la plage arrière (10 t à 10 m). Il peut aussi embarquer 8 conteneurs (EVP). C’est le seul navire hauturier de la FOF à être déployé sur l’ensemble des océans et qui est présent dans le Pacifique en moyenne une année tous les quatre ans.

 

THALASSA

 

254139 ifremer thalassa toulon
© FRANCIS JACQUOT

Le Thalassa (© FRANCIS JACQUOT)

 

Chantier : Manche Industrie Marine (Dieppe) - Année de mise en service : 1996

Longueur/Largeur : 73.6 x 14.9 mètres - Jauge brute : 2803 tjb

Equipage : 25 navigants + 25 scientifiques et techniciens

Propriétaire : Ifremer - Armement : Genavir

 

L’activité du Thalassa est centré principalement sur les missions halieutiques du golfe de Gascogne à la mer du Nord : étude des populations et espèces pêchées, techniques de capture et de transformation des produits.

 

 

222187 fofifremer thalassa chalut mésopélagos 2018
© IFREMER - STEPHANE LESBATS

Le Thalassa (© STEPHANE LESBATS - IFREMER)

 

Également conçu pour l’océanographie physique, il est doté d’un portique de 15 t, et d’une grue télescopique (10 t à 10 m). Il a bénéficié en 2017 d’une refonte à mi vie : modernisation des équipements, remotorisation et capacité à déployer le robot Ariane en plus du Victor 6000.

Navires océanographiques semi-hauturiers

 

ANTEA

 

239742 antea fof
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

L'Antea (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Chantier : Ocea (Les Sables d’Olonne) - Année de mise en service : 1995

Longueur/Largeur : 34.9 x 11.9 mètres - Jauge brute : 571 tjb

Equipage : 9 à 13 navigants + 10 scientifiques et techniciens

Propriétaire : IRD - Armement : Genavir

 

L’Antea est un navire de recherche pluridisciplinaire intervenant en Méditerranée, en océan Indien et dans la zone intertropicale. Sa particularité, comme l’Alis, est de disposer d’une importante autonomie lui permettant de conduire des campagnes côtières dans des zones très éloignées. Il réalise des missions d’océanographie physique, de chimie et de recherche halieutique, d’exploration de la colonne d’eau et de biologie. Il est aussi utilisé en tant que navire support pour la plongée et peut mettre en œuvre des robots téléopérés (dont Ariane) ainsi que les drones AsterX et IdefX.

 

 

239739 antea fof
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

L'Antea (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Catamaran construit en aluminium, l’Antea dispose d’un large de pont de travail avec un portique d’une capacité de 5 tonnes et une grue repliable de 4 t à 5 m (2 t à 11 m). Doté d’un PC scientifique de 40 m², d’un laboratoire humide et d’un laboratoire sec. L’Antea disposera en 2022 de nouveaux sondeurs halieutiques et bathymétriques.

 

ALIS

 

222174 alis fof
© MARINE NATIONALE

L'Alis (© MARINE NATIONALE)

 

Chantier : Piriou (Concarneau) - Année de mise en service : 1987

Longueur/Largeur : 28.4 x 7.6 mètres - Jauge brute : 199 tjb

Equipage : 18 (+ 6) navigants, scientifiques et techniciens

Propriétaire : IRD - Opérateur scientifique : Ifremer

 

Navire de recherche polyvalent basé à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, et qui se déploie une année sur deux en Polynésie française. Son autonomie importante lui permet de rayonner dans l'océan Pacifique sud-ouest, de la Polynésie française à la Papouasie-Nouvelle Guinée, et jusqu’au Vietnam. L’Alis réalise des missions océanographiques en physique, chimie et halieutique, ainsi que d’exploration de la colonne d’eau et la cartographie sous-marine. Doté d’un caisson hyperbare, il est adapté aux opérations de plongée, avec notamment des campagnes d’études sur la biodiversité.

L’Alis est équipé de plusieurs treuils pour remorquer différents types d’engins et d’une plate-forme de carottage. Les scientifiques disposent à bord de deux laboratoires (sec et humide). Son remplacement est à l’étude.  

Navire de recherche polyvalent basé à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, et qui se déploie une année sur deux en Polynésie française. Son autonomie importante lui permet de rayonner dans l'océan Pacifique sud-ouest, de la Polynésie française à la Papouasie-Nouvelle Guinée, et jusqu’au Vietnam.

L’Alis, qui s’intéresse notamment à des zones peu connues, réalise des missions océanographiques en physique, chimie et halieutique, ainsi que d’exploration de la colonne d’eau et la cartographie sous-marine. Doté d’un caisson hyperbare, il est adapté aux opérations de plongée, avec notamment des campagnes d’études sur la biodiversité.

Ce navire est équipé de plusieurs treuils pour remorquer différents types d’engins et d’une plat-forme de carottage. Les scientifiques disposent à bord d’un laboratoire sec et un laboratoire humide.

Le remplacement de ce navire arrivant en fin de vie est à l’étude.

Navires océanographiques côtiers

 

L’EUROPE

 

269849 l'europe fof ifremer
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

L'Europe dans sa nouvelle livrée aux couleurs de la FOF (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Chantier : Ocea (Les Sables d’Olonne) - Année de mise en service : 1993

Longueur/Largeur : 29.6 x 10.6 mètres - Jauge brute : 335 tjb

Equipage : 8 navigants + 8 scientifiques et techniciens

Propriétaire : Ifremer - Armement : Genavir

 

Coque catamaran en aluminium. L’Europe évolue en Méditerranée pour des missions liées à la recherche halieutique et à l’environnement littoral. Réalise des chalutages conventionnels profonds (jusqu’à 1300 mètres), des chalutages pélagiques et expérimentaux, le déploiement d’engins dormants (filets maillants, palangres, casiers...), des travaux sismiques, de sédimentologie et des prélèvements hydrologiques.

 

 

276245 europe ifremer FOF
© IFREMER

L'Europe (dans son ancienne livrée) déployant un drone (© IFREMER)

 

Peut mettre en œuvre le ROV Ariane, ainsi que les drones AsterX, IdefX et Ulyx. Dispose d’un portique de 5 t et d’un puits central de mise à l’eau (1,3 x 1,3 m). PC scientifique de 50 m².

 

COTES DE LA MANCHE

 

269851 cotes de la manche
© BRUNO HURIET

Le Côtes de la Manche dans sa nouvelle livrée (© BRUNO HURIET)

 

Chantier : Socarenam (Boulogne-sur-Mer) - Année de mise en service : 1993

Longueur/Largeur : 24.9 x 7.5 mètres - Jauge brute : 144 tjb

Equipage : 7 à 8 navigants + 8 à 11 scientifiques et techniciens

Propriétaire : CNRS - Armement : Genavir

 

Le Côtes de la Manche effectue des missions côtières principalement en Manche et Atlantique : géosciences marines, océanographie physique et biologique, biogéochimie et chimie des océans. Ce navire contribue aux missions d’observation à long terme de l’environnement marin, à des campagnes de recherches et d’essais dans le domaine des technologies marines et à des missions d’enseignement au profit des universités. Portique de 5 t, grue de 1,4 t à 6 m, treuils de pêche et de carottage, laboratoires (sec et humide). Disposera en 2022 de nouveaux sondeurs halieutiques et bathymétriques.

 

TETHYS II

 

276246 téthys II FOF
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

Le Téthys II dans sa nouvelle livrée aux couleurs de la FOF (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Chantier : Piriou (Concarneau) - Année de mise en service : 1993

Longueur/Largeur : 24.9 x 7.5 mètres - Jauge brute : 148 tjb

Equipage : 7 navigants + 8 à 12 scientifiques et techniciens

Propriétaire : CNRS - Armement : Genavir

 

Travaille principalement en Méditerranée, jusqu’à 200 nautiques au large, pour des missions analogues à celle du Côtes de la Manche : océanographie, observation à long terme de l’environnement marin, essais de nouveaux moyens et enseignement pour les étudiants de 2ème et 3ème cycles universitaires. Portique de 5 t, grue de 1 t à 5,1 m. Laboratoires.

 

THALIA

 

258638 fof ifremer thalia
© FABIEN MONTREUIL

Le Thalia (© FABIEN MONTREUIL)

 

Chantier : CMN (Cherbourg) - Année de mise en service : 1978

Longueur/Largeur : 24.5 x 7.4 mètres - Jauge brute : 135 tjb

Equipage : 6 navigants + 6 scientifiques et techniciens

Propriétaire : Ifremer - Armement : Genavir

 

Navire polyvalent, le Thalia évolue en Manche et dans le golfe de Gascogne pour des campagnes d’environnement côtier et d’évaluation des ressources : cartographie, mesures d’hydrologie, vidéo sous-marine, prélèvements par benne et drague, essais acoustiques ou sismiques. Portique de 3 t, grue de 6 t, treuils. Laboratoire humide. Remplacement prévu vers 2025.

 

HALIOTIS

 

222180 haliotis fof ifremer
© MICHEL FLOCH

L'Haliotis (© IFREMER)

 

Chantier : Piriou (Concarneau) - Année de mise en service : 2008

Longueur/Largeur : 10.2 x 2.7 mètres - Jauge brute : 6 tjb

Equipage : 2 navigants + 2 scientifiques et techniciens

Propriétaire : Ifremer - Armement : Genavir

 

Complémentaire aux navires côtiers, cette vedette océanographique est équipée pour produire de l'imagerie acoustique offrant des informations précises sur la nature et la morphologie de la frange littorale dans de très faibles fonds. Transportable par semi-remorque, l’Haliotis travaille sur les trois façades métropolitaines et en Corse.

Navires scientifiques de station

 

ANTEDON II

 

276247 FOF CNRS ifremer anthedon II
© FRANCIS JACQUOT

L'Antédon II (© FRANCIS JACQUOT)

 

Chantier : Chantiers Navals Bernard (Locmiquelic) - Année de mise en service : 2003

Longueur/Largeur : 16.1 x 6 mètres - Jauge brute : 164 tjb

Equipage : 3 navigants + 12 scientifiques et techniciens

Propriétaire : CNRS - Armement : CNRS

 

L’Antédon II est dédié aux activités océanographiques côtières entre Fos-sur-Mer et La Ciotat. Ses activités se partagent entre l’observation à long terme de zones d’étude, la formation d’étudiants, la mise en œuvre instrumentale de projets scientifiques et des essais technologiques. Doté d’un portique (1 t).

 

NEREIS II

 

222204 fof cnrs insu nereis II
© CNRS INSU

Le Néréis II (© CNRS INSU)

 

Chantier : Chantier Naval Gatto (Martigues) - Année de mise en service : 2001

Longueur/Largeur : 14 x 4.7 mètres - Jauge brute : 2001

Equipage : 3 navigants + 12 scientifiques 

Propriétaire : CNRS - Armement : CNRS

 

L'activité du Néréis II se concentre sur la zone de la côte Vermeille, jusqu'au point MOLA situé à la verticale du canyon Lacaze Duthiers à 20 nautiques au large de Banyuls. Missions : recherche, observation, enseignement, aquariologie, maintien de bouées instrumentées. Portique (1 t).

 

SEPIA II

 

222207 fof cnrs insu sepia II
© CNRS INSU

Le Sépia II (© CNRS INSU)

 

Chantier : Chantier Blamengin (Boulogne-su-Mer) - Année de mise en service : 1981

Longueur/Largeur : 12.6 x 4.7 mètres - Jauge brute : 25 tjb

Equipage : 3 navigants + 12 scientifiques et techniciens

Propriétaire : CNRS - Armement : CNRS

 

Armé à la pêche côtière, le Sépia II navigue jusqu’à 20 nautiques au large entre Dieppe et la frontière belge. Missions : observation, recherche et enseignement en biologie, écologie marine, biogéochimie et bio-optique. Étudie aussi l’impact des centrales nucléaires et industries chimiques.

 

SAGITTA III

 

222206 fof cnrs insu sagitta III
© CNRS INSU

Le Sagitta III (© CNRS INSU)

 

Chantier : Transmetal Industrie (Saint-Mandrier) - Année de mise en service : 2015

Longueur/Largeur : 12 x 4.6 mètres - Jauge brute : 15 tjb

Equipage : 2 navigants + 10 scientifiques

Propriétaire : CNRS - Armement : CNRS

 

Armé à la pêche côtière, le Sagitta III intervient jusqu’à 20 nautiques au large principalement entre la rade de Villefranche et la bouée Boussole. Missions d’observation, de recherche et d’enseignement en biologie et écologie marine, biogéochimie, sismique et océanographie.

 

NEOMYSIS

 

222233 cnrs insu fof neomysis
© CNRS INSU

Le Neomysis (© CNRS INSU)

 

Chantier : Plasti Pêche (L’Aiguillon-sur-Mer) - Année de mise en service : 2008

Longueur/Largeur : 11.9 x 5.3 mètres - Jauge brute : 32 tjb

Equipage : 2 à 3 navigants + 6 à 14 scientifiques et passagers

Propriétaire : CNRS - Armement : CNRS

 

Armé en pêche côtière, le Neomysis opère jusqu'à 20 nautiques au large entre l'Aber Wrac'h et la baie de Lannion. Activités d’observation, de recherche et d’enseignement : biologie et écologie marine, biogéochimie et océanographie, collectes pour le Centre de Ressources Biologiques Marines. Portique (1 t).

 

PLANULA IV

 

222205 fof cnrs insu planula IV
© CNRS INSU

Le Planula IV (© CNRS INSU)

 

Chantier : Chantier Naval Dubourdieu (Gujan-Mestras) - Année de mise en service : 2005

Longueur/Largeur : 11.9 x 5.3 mètres - Jauge brute : 12 tjb

Equipage : 2 navigants + 6 à 17 scientifiques et passagers

Propriétaire : CNRS - Armement : CNRS

 

Le Planula IV intervient exclusivement dans le bassin d’Arcachon pour des missions de recherche et d’observation, ainsi que pour des activités d’enseignement au profit d’écoles spécialisées ou dans le cadre d’initiations à l’océanographie. Grue de 0,5 t à 4,6 m (1 t à 2,5 m).

 

ALBERT LUCAS

 

111869 albert lucas
© MICHEL FLOCH

L'Albert Lucas (© MICHEL FLOCH)

 

Chantier : Chantier Naval Croisicais (Le Croisic) - Année de mise en service : 2009

Longueur/Largeur : 11.5 x 4.2 mètres - Jauge brute : 12 tjb

Equipage : 2 navigants + 10 scientifiques

Propriétaire : CNRS - Armement : CNRS

 

Armé à la pêche côtière, l'Albert Lucas intervient en rade de Brest et jusqu’à 20 nautiques au large en mer d’Iroise. Il est mobilisé en soutien aux diverses activités d'observation, de recherche et d'enseignement en biologie et écologie marine, biogéochimie et océanographie.

Systèmes sous-marins

 

NAUTILE

 

222198 fof ifremer nautile atalante
© IFREMER - OLIVIER DUGORNAY

Le Nautile (© OLIVIER DUGORNAY -IFREMER)

 

Année de mise en service : 1984

Dimensions : 8 x 3.8 x 2.7 mètres - Masse : 19 tonnes

Equipage : 3 (pilote, navigateur et passager)

Propriétaire : Ifremer

 

Le Nautile partie des rares sous-marins habités capables d’intervenir par grands fonds (jusqu’à 6000 mètres). Équipé de trois hublots à grand champ de vision, de projecteurs à LED et de deux bras manipulateurs, il peut plonger jusqu’à 8 h, dont 6 h de travail au fond. Cela, sans liaison physique avec le navire support. Ses missions : reconnaissance de zones, prélèvement d’échantillons, manipulation d’outillages spécifiques, recherche, investigation et assistance au relevage d’épaves. Il est déployé par le Pourquoi pas ? et L’Atalante. A bénéficié en 2019 d’un grand carénage pour rester en service jusqu’en 2025.

 

ULYX

 

246930 ulyx
© IFREMER - TIMOTHEE AUTIN

Ulyx TIMOTHEE AUTIN -IFREMER)

 

Année de mise en service : 2022

Longueur/largeur/hauteur : 4.5 x 0.8 x 1.2 mètres - Masse : 2.7 tonnes

Propriétaire : Ifremer

 

Ulyx est un drone sous-marin (AUV) de nouvelle génération, autonome et doté d’une grande autonomie (36 h). Il est destiné à la cartographie, l’exploration et l’inspection locale des fonds marins jusqu’à 6000 mètres. Il est notamment équipé d’un sondeur multifaisceaux, d’un sondeur de sédiments, d’un magnétomètre et de caméras haute résolution.

- Voir notre reportage complet sur Ulyx

 

ASTERX et IDEFX

 

276254 fof ifremer asterx
© OLIVIER DUGORNAY - IFREMER

AsterX (© OLIVIER DUGORNAY -IFREMER)

 

Année de mise en service : 2005

Dimensions : 4.5 x 0.7 x 1.3 (ailerons) mètres - Masse : 830 kg

Propriétaire : Ifremer

 

Drones autonomes dédiés à l’étude des fonds marins et de la colonne d’eau sur les plateaux continentaux. Servent aussi à la recherche d’objets ou épaves. AsterX peut plonger jusqu’à 2650 mètres, IdefX jusqu’à 2850 mètres. Sont notamment équipés d’un sondeur multifaisceaux, d’un sondeur de sédiments, d’un magnétomètre et d’un courantomètre.

 

VICTOR 6000

 

276253 fof ifremer victor 6000
© IFREMER

Victor 6000 (© MICHEL GUILLOU - IFREMER)

 

Année de mise en service : 1999

Dimensions : 3 x 2.8 x 2.1 mètres - Masse : 4.6 tonnes

Propriétaire : Ifremer

 

Victor 6000 est un robot téléopéré (ROV) servant aux campagnes de surveillance et d’exploration des fonds et épaves, aux inspections vidéo et acoustiques, ainsi qu’aux prélèvements (eau, sédiments, faune). Equipé de deux bras manipulateurs, il peut intervenir jusqu’à 6000 mètres de profondeur.

 

ARIANE

 

276252 fof ifremer ariane
© OLIVIER DUGORNAY - IFREMER

Ariane (© OLIVIER DUGORNAY -IFREMER)

 

Année de mise en service : 2015

Dimensions : 3 x 1.85 x 2.2 mètres - Masse : 1.8 tonne

Propriétaire : Ifremer

 

Ariane est un ROV doté de batteries lithium-ion et d’une simple fibre optique le reliant à la surface. Missions : intervention, prélèvement, inspection, cartographie optique et acoustique. Il est doté de deux bras manipulateurs.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Science et Environnement
Dossiers
IFREMER Sciences marines : Observation et connaissance des océans