Aller au contenu principal

Dans le cadre de l’exploration d’amas sulfurés sur la dorsale médio-Atlantique, les scientifiques de la mission HERMINE2 ont exploré d’anciennes sources hydrothermales considérées « éteintes ». En plus de vestiges de la biodiversité qui les peuplaient, certaines de ces sources abritaient une activité hydrothermale faible mais toujours capable d’entretenir une vie microbienne. Cette découverte remet en question la frontière entre sites actifs et inactifs et fait naître de nouvelles questions sur la préservation des grands fonds marins. Un rapport de l'Ifremer.

Dans le cadre du contrat d’exploration pour les sulfures polymétalliques de la dorsale médio-Atlantique accordé par l’Autorité Internationale des Fonds Marins (AIFM), les scientifiques de la mission HERMINE2 ont embarqué cet été sur le Pourquoi pas ? afin d’étudier les systèmes hydrothermaux réputés « actifs » ou « éteints » de la zone du contrat. Réalisée grâce au financement France 2030 de l’Etat pour les « grands fonds marins », cette mission avait pour objectif d’approfondir les connaissances sur ces environnements profonds et de mieux définir la frontière entre sites actifs et inactifs.

Aller plus loin

Rubriques
Science et Environnement
Dossiers
IFREMER