Aller au contenu principal

Skravik a vécu une première saison bien remplie avec son prototype. Après une phase de chantier, l’association a pu expérimenter du printemps à l’automne son bateau de travail à la voile, destiné aussi bien à la pêche qu’à la recherche et l’expertise environnementale. Essais de pêche et manipulations scientifiques en rade de Brest se sont succédés, entrecoupés de campagnes scientifiques hauturières sur un catamaran de plaisance loué pour l’occasion.

 

© PAUL GELI - SKRAVIK

 

Prise en main du prototype

Pour mémoire, Skravik (sterne en breton) cherche à expérimenter les possibilités d’une pêche-écologie à la voile, accueillir des scientifiques et bureaux d’études sur son bateau silencieux, mais aussi travailler sur l’innovation sociale, tout en homologuant son prototype. L’association a acheté un Corneel 26, un petit catamaran de plaisance qu'elle a transformé durant l’hiver 2021-2022. Le bateau est passé par le chantier Kaïros, de Roland Jourdain, à Concarneau, et bénéficie de l’aide de Mer Forte, pour le travail d’architecture navale. Il a été doté d’un portique, d’un bastingage et de garde-corps. Le gréement, notamment la bôme, a aussi été modifié, un enrouleur ajouté, ainsi que de nouvelles voiles. Finalement, le 30 avril, il a été inauguré au port du Tinduff, à Plougastel-Daoulas (Finistère), où Skravik dispose d’une petite base-vie installée dans un conteneur.

Aller plus loin

Rubriques
Science et Environnement