Aller au contenu principal

Plastic Odyssey est arrivé à Saint-Nazaire, le dimanche 16 janvier. Le navire de 39 mètres avait quitté le 1er janvier Dunkerque, où il a subi de nombreux travaux chez Damen pendant un an et demi, pour rallier le chantier ligérien d’Eiffage où va être menée une importante intervention sur un ballast situé à l’arrière, après avoir découvert son très mauvais état en août dernier.

 

273838 Plastic Odyssey à Saint-Nazaire
© BERNARD BIGER

Arrivée à Saint-Nazaire (© BERNARD BIGER)

273840 Plastic Odyssey à Saint-Nazaire
© BERNARD BIGER

Arrivée à Saint-Nazaire (© BERNARD BIGER)

273843 Plastic Odyssey à Saint-Nazaire
© BERNARD BIGER

Arrivée à Saint-Nazaire (© BERNARD BIGER)

 

Le navire doit entrer en cale-sèche en ce début de semaine. Il y restera trois mois durant lesquels la coque sera ouverte pour remplacer le ballast qui se trouve sous la mèche de safran. Le nouveau bloc, fabriqué en atelier par Eiffage, sera ressoudé. « On est contents de pouvoir commencer cette dernière phase », a indiqué à Mer et Marine Alexandre Dechelotte, cofondateur du projet de lutte contre la pollution plastique. « Après, le bateau devrait être encore là pour un ou deux mois, pour les essais et la mise en service ».

Un premier test

Plastic Odyssey et les sept marins formant son équipage ont rallié le port de Saint-Nazaire après avoir fait du cabotage. Ils ont fait escale à Dieppe, Cherbourg, Saint-Malo, Roscoff, Brest et Lorient. En effet, le bateau n’étant pas terminé, il n’avait qu’un permis temporaire lui permettant de naviguer jusqu’à Saint-Nazaire. Il impliquait des conditions restrictives posées par les Affaires maritimes : navigation par beau temps uniquement et pas plus de douze heures à la mer.

 

273848 Plastic Odyssey
© PLASTIC ODYSSEY

Plastic Odyssey en escale à Saint-Malo (© PLASTIC ODYSSEY) 

273846 Plastic Odyssey
© PLASTIC ODYSSEY

L'équipage (© PLASTIC ODYSSEY) 

 

Cela a été l’occasion de s’exercer aux manœuvres et de roder le navire, comme le décrit un journal de bord mis en ligne. « Après des mois de chantier, ça faisait du bien de sentir le bateau naviguer vraiment. C’est un bon navire qui tient bien la mer et manœuvre bien. Cette première étape nous a permis de dégrossir les réglages à faire. C’était intéressant d’avoir ce premier avant-goût de tests en conditions réelles avant de pouvoir fignoler les derniers travaux sur le bateau et pouvoir partir en expédition », s’est félicité Alexandre Dechelotte.

 

Diaporama

 

Plastic Odyssey, qui vient de signer un nouveau partenariat avec CMA CGM, doit réaliser un tour du monde de trois ans à travers 30 pays. La première escale devrait avoir lieu en Egypte. Par la suite, dans chaque pays, Plastic Odyssey va chercher des solutions pertinentes proposées par des entrepreneurs et les soutenir pour tester, prototyper et développer leurs propositions de traitement des déchets plastiques.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Aller plus loin

Rubriques
Science et Environnement