Aller au contenu principal

Après avoir exploré la Patagonie, passé le canal de Panama et réalisé un arrêt technique aux Antilles, la goélette scientifique Tara arrive au Brésil pour poursuivre sa mission Microbiome. Depuis que le navire a quitté Lorient en décembre dernier, les scientifiques échantillonnent le microbiome, ces micro-organismes marins à la base de la chaîne alimentaire mais qui sont aussi des éléments fondamentaux de la pompe à carbone océanique. « Ce que nous voulons, c’est comprendre comment le microbiome répond aux changements de température, de nutriments, de pollution. Pour cela, nous avons mis en place une nouvelle stratégie d’échantillonnage qui va nous amener dans de nombreux écosystèmes différents : les côtes chiliennes pour voir l’influence de la fonte des glaciers de Patagonie, l’Amazone et les grands fleuves africains pour voir comment l’arrivée de nutriments charriés impacte la pompe à carbone, la mer de Wedell qui est la fenêtre la plus importante entre l’atmosphère et l’océan profond, l’océan austral dans lequel les icebergs transportent du fer qui favorise des floraisons… », expliquait, à son départ, Daniele Iudicone, chercheur à la station zoologique Anton Doher de Naples et coordinateur de la mission microbiome d’Atlanteco.

Au Brésil, le premier sujet d’étude sera le fleuve Amazone et notamment la composition de son panache. Le plus grand fleuve du monde déverse une gigantesque quantité d'eau douce dans l'Atlantique (200 millions de litres par seconde, en moyenne) et son débit affecte la salinité et la température de l’Atlantique tropical, tout en injectant également des matériaux d’origine terrestre, des sédiments, des nutriments et des matières organiques. Ces variations influencent très fortement la composition du microbiome marin, les interactions entre les microorganismes et in fine les services rendus par ces écosystèmes. Les scientifiques vont également étudier les forts courants océaniques au large du Brésil et l’impact de cette circulation océanique sur le microbiome marin et son activité. Enfin, l'équipe se concentrera sur les sous-marins au large de Rio, qui sont des lieux riches en biodiversité.

La goélette effectuera également quatre escales de sensibilisation au Brésil (Belem du 18 au 23 septembre, Salvador de Bahia du 10 au 14 octobre, Rio de Janeiro du 4 au 11 novembre et Florianopolis du 15 au 19 novembre).

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Science et Environnement
Dossiers
Tara Océan